Plusieurs témoins ont été sollicités dans le procès de l’homicide de Philippe Duval en janvier 2007, dont deux témoins oculaires, Jimmy Nuckcheddy et Clément Delaître. Ces derniers ont donné deux versions de l’incident. Les deux frères accusés, Harrish et Shivaji Nobin, affirment toutefois qu’ils se sont défendus face à l’attaque de la victime avec un couteau. Le procès continue aujourd’hui avec le réquisitoire et la plaidoirie des avocats.
Clément Delaître, appelé à témoigner par Mes Pravin Harrah (Senior State Counsel) et Anusha Devi Rawoah (State Counsel) représentant la poursuite, a expliqué qu’il était près du carrefour où a eu lieu le drame dans l’après-midi du 31 janvier 2007. « Monn trouv sa de frer la pe lager… Dimoun inn vinn aret lager-la… Apre monn trouv Philippe inn trap so vant inn tonbe », a-t-il soutenu. Et d’avancer qu’il a vu Harrish Nobin (alias Raja) « apiy Philippe ek baraz » et que Shivaji Nobin (alias Rana) « inn tap li ». Le témoin a expliqué qu’il a vu le couteau dans les mains de Harrish Nobin, mais a précisé que « kan zot ti vini zot lame ti balanse ». Il a soutenu que quelques personnes ont saisi Shivaji Nobin pour l’emmener chez quelqu’un d’autre.
Durant le contre-interrogatoire de Clément Delaître par Me Gavin Glover (SC), le témoin a fait ressortir que la bagarre entre Harrish Nobin et la victime a continué même après que des habitants de la région ont emmené l’autre frère. Il a souligné que ce dernier n’est pas retourné sur la scène du crime.
Me Glover (SC) : Jimmy Nuckcheddy (l’autre témoin oculaire) ti pli loin ?
Clément Delaître : Wi… Li ti lot kote semin
Me Glover (SC) : Ou ti pli pre… Ou finn trouv plis ki Jimmy Nuckcheddy sa ve dir ?
Clément Delaître : Wi…
L’autre témoin oculaire, Jimmy Nuckcheddy, a affirmé avoir vu la bagarre, étant de l’autre côté de la route quand la dispute a commencé. Il a avancé que Shivaji Nobin tenait un tuyau et la victime aurait dit « pa tape ». Le témoin à charge a soutenu que pendant ce temps, l’autre frère, un couteau à la main, cherchait un moyen de poignarder son adversaire. « Aksyon-la inn pass vit… Mo ti p vini pou defann li… Apre Philippe inn tonbe ek apre zot inn ale », a-t-il affirmé.
Contre-interrogé, Jimmy Nuckcheddy a une première fois dit qu’il était plus près de la bagarre mais est vite revenu sur cette déclaration en disant que Clément Delaître était « pli pre mai kan aksyon inn deroule linn ekarte ».
Me Glover (SC) : Eski kan ou ti travers sime pou al deman sigarett ou ledo ti vire ?
Jimmy Nuckcheddy : Non
Me Glover (SC) : Abon ? Ou ti travers a rekulon ou… ?
Jimmy Nuckcheddy : Wi mo ledo ti vire…
Le Senior counsel a ensuite indiqué plusieurs irrégularités dans les déclarations que le témoin a faites en Cour et celles à la police. Me Glover (SC) lui a demandé combien de coups de couteau la victime a-t-elle reçus. Jimmy Nuckcheddy a répondu « enn sel ». La défense a expliqué que le 12 février 2007, il a donné un autre statement à la Major Crimes Investigation Team (MCIT) pour changer sa version initiale. Celle-ci fait état de plusieurs coups de couteau que la victime aurait reçus d’Harris Nobin. L’avocat a expliqué que cette précision survient après l’autopsie.
Appelé à témoigner pour sa défense par ses avocats, Me Gavin Glover (SC) assisté de son junior Me Rishi Bhoyroo, Harris Nobin avoue avoir donné un coup de couteau à la victime tout en invoquant la légitime défense. « Linn tir so kouto ek mo finn apiy li… Kouto la inn rey kot so likou kan nou ti pe lite », a-t-il soutenu. Il devait ensuite donner un coup à l’abdomen. Selon l’accusé N°1, Nuckcheddy n’est jamais intervenu dans la bagarre mais ne cache pas que celui-ci était là à ce moment, dans la foule.
Harris Nobin a été contre-interrogé par Me Harrah. Ce dernier a demandé à Harris Nobin pourquoi il ne s’est pas enfui quand il a eu le couteau. « Monn abriti », devait-il répondre.
Me Harrah : Mo dir ou ou ti kapav pa pik li… Ou ti en position de fors a de kont enn… Kouto avek ou…
Harris Nobin : Monn abriti…
Me Harrah : Mo dir ou ki ou ti al laba pou al regle kont ek enn kouto !
Harris Nobin : Non.
La procès se poursuit cet après-midi avec le réquisitoire de la poursuite et la plaidoirie de la défense devant le jury et la juge Saheeda Peeroo en Cour d’assises.