Le reggae revient dans l’amphithéâtre de Pointe Canon, où plus de 25 groupes et artistes rendront hommage à Haïlé Sélassié 1er. Couronné le 2 novembre 1930, Ras Täfäri Mäkonnen est un symbole pour les adeptes du mouvement rasta qui le considèrent comme le Dirigeant Légitime de la Terre.
“Jah Rastafaraï !” Il appartient désormais à tout bigot chevelu de balancer cette incantation sans pour autant en comprendre la portée et la signification. Pour d’aucuns, il est en effet devenu tendance d’adopter l’apparence rasta principalement popularisée autour du mouvement qui a porté le reggae à travers Bob Marley, entre autres. Mais pour ceux qui ont retenu les principes et les préceptes de la philosophie, tout ceci est dans le domaine du sacré selon une croyance qui accorde une place prépondérante au dernier Empereur d’Éthiopie.
Lion conquérant.
Descendant de la reine de Saba et du roi Salomon, Ras Täfäri Mäkonnen est couronné le 2 novembre 1930. Fils de grand noble comme l’indique son nom, Täfäri (qui signifie celui qui est redouté) aura un rayonnement qui jaillira sur une grande partie du peuple noir. Devenu Empereur aussi grâce au soutien des Occidentaux, il prend le nom de Haïlé Sélassié 1er (pouvoir de la Trinité), roi des rois d’Éthiopie, seigneur des seigneurs, lion conquérant de la tribu de Juda, lumière du Monde, élu de Dieu.
Un roi noir.
Dans certains milieux, ce couronnement est considéré comme l’accomplissement d’une prophétie. Le jamaïcain Marcus Garvey (né en 1887), émigré à Harlem et un des premiers meneurs importants de la “cause noire”, avait écrit : “Laissons le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob exister pour la race qui croit au Dieu d’Isaac et de Jacob. Nous, les Noirs, croyons au Dieu d’Éthiopie, le Dieu éternel, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, le Dieu de tous les âges. C’est le Dieu auquel nous croyons, et nous l’adorerons à travers les lunettes de l’Éthiopie.” Il n’est pas le seul à regarder dans cette direction. En 1924, le révérend James Morris Webb prononça un discours cité par le quotidien conservateur Daily Gleaner : “Regardez vers l’Afrique, où un roi noir sera couronné, qui mènera le peuple noir à sa délivrance.” Considéré comme le fondateur du mouvement rastafaraï, Leonard Percival Howell attribua le couronnement de Sélassié 1er à la prophétie.
Dirigeant visionnaire.
Ce dernier ne se contenta pas d’être un mythe. À la tête du seul pays d’Afrique n’ayant jamais été colonisé il développa une politique de modernisation progressive permettant ainsi l’admission de l’Éthiopie dans la Société des Nations en 1923 et décrétant la première constitution du pays en 1931. Il supprima également une pratique très ancienne, l’esclavage, dans l’Empire par des décrets de 1918 et 1923. L’échec de la SDN pour stopper la seconde guerre entre l’Italie et l’Éthiopie avec l’invasion italienne de 1935 le força à cinq ans d’exil, pendant lesquels il vécut à Bath en Angleterre (5 mai 1936-5 mai 1941).
Uprising.
Grâce à une reconquête rapide du pays avec l’aide des Britanniques et des Français Haïlé Sélassié recouvrira une totale souveraineté sur l’Empire. Entretenant une bonne entente avec le président américain http://www.jesuismort.com/biographie_celebrite_chercher/biographie-frank… Roosevelt et également avec les autres Alliés, l’Empereur obtient l’entrée de l’Éthiopie dans l’ONU dès sa fondation. Adoptant une position de non-aligné pendant la période de la Guerre froide, par sa participation à la conférence de Bandung, Sélassié oeuvra également à l’indépendance du continent africain et à son unification. L’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) fut fondée en 1963 à son instigation et établit son siège à Addis Abeba.