C’est avec peine qu’on a appris le décès, vendredi, de M. Paul de Chasteigner du Mée. Il était âgé de 89 ans.
Connu affectueusement comme Rico du Mée, le disparu a mené une vie trépidante. Profondément engagé politiquement durant sa jeunesse, il avait d’abord milité au sein du Parti mauricien sous le leadership de Jules Koënig au début des années 1960 et en devint le trésorier. Il essaya, mais en vain, de se faire élire au Board de la ville de Quatre-Bornes en 1963, mais ce fut là sa seule et dernière tentative dans le domaine. Par la suite, il se contenta d’être un organisateur de son parti et, à ce niveau, il se révéla redoutable aux élections cruciales de 1967, particulièrement dans les Plaines Wilhems. Après que le pays eut choisi la voie de l’indépendance, Rico du Mée se rangea dans le camp de ceux qui, au sein du PMSD, voulurent, coûte que coûte, une coalition avec le Parti travailliste de Sir Seewoosagur Ramgoolam. Il devint d’ailleurs un très grand admirateur de ce dernier. 
A partir de la période poste-indépendance, on découvrit un industriel passionné qui touchait à tout. Suresh Munboth, un des premiers directeurs de l’Industrial Vocational Training Board (IVTB) qui l’a longuement côtoyé, dépeint Rico du Mée comme “un leader, un patriote, un père, un négociateur, un homme exceptionnel qu’on arrivait difficilement à confronter”.
Pour Munboth, la perte d’une telle personne sera difficilement concevable pour le pays comme pour son entourage. Effectivement, malgré son âge avancé, Rico du Mée prodiguait encore des conseils à tous ceux qui venaient lui en solliciter.
Le pays doit à l’homme et à son esprit innovant la fondation du cabinet d’experts comptables internationaux de Chazal du Mée (DCDM), la raffinerie d’huile Moroil, le maintien à un bon niveau touristique des Hotels Villas Caroline. Au cours de sa carrière, il a présidé la Fédération des Employeurs (MEF), le Mauritius Institute of Management, le Mauritius Turf Club, le Gymkhana Club et l’IVTD.
Selon Suresh Munboth, Rico du Mée a toujours été un homme humble qui savait placer l’intérêt de son pays au-dessus de tout dès lors qu’il s’agissait de développement, de progrès et d’amélioration de la qualité de la vie. C’est ainsi que lors d’une mission auprès de la Banque mondiale, alors que le directeur de cette institution lui avait lancé la remarque suivante : “So you represent the private sector ?”, il devait rétorquer : “Mauritius is too small to have a private and a public sector. We all here represent the interest of our country.”
En reconnaissance de sa contribution dans le secteur économique, Rico du Mée a été fait Grand Officer of Star and Key (GOSK) en 2007.
Week-End présente ses sympathies à la famille et à ses proches.