Rivaltz Quenette s’est est allé sur la pointe des pieds pour l’ultime traversée. Un départ à l’image et à la mesure de l’homme, sa personnalité autant simple et discrète qu’érudite. Nous saluons la mémoire de l’homme universel, droit et loyal qu’il a été au service de notre pays pour entre autres sa contribution immense comme Clerk de l’Assemblée nationale dans les années ayant suivi l’Indépendance mais aussi et surtout comme historien connu et reconnu pour sa rectitude qui a toujours avancé des faits soutenus par une recherche documentaire sans faille, comme en témoignent son imposante bibliographie et ses contributions régulières au sein de la Société?d’histoire de Maurice.?
Sa carrière de fonctionnaire a emmené le grand serviteur de l’État qu’il était à côtoyer les « princes » notamment de par ses hautes fonctions à l’Assemblée nationale. Il a toujours commandé le respect, et demeura toujours humble, affable, accessible et cherchant à constamment s’améliorer.?
Avec Rivaltz parti, c’est, à l’image des vieux sages africains, une bibliothèque qui referme ses portes mettant à l’abri ses travées garnies d’étagères décorées de grimoires savants, berceaux d’un enseignement hors du temps et de l’espace…?
C’était un privilège de l’avoir comme guide. Il savait patiemment nous sonder afin de s’assurer que nous étions dignes de mériter son amicale confiance. Alors seulement il nous était permis d’aspirer à s’aventurer sous sa supervision au chemin menant à l’adoubement…
Mais auparavant le rituel suivait son cours s’apparentant à une veillée d’armes…?
Assis sous sa varangue, il nous proposait de parcourir le labyrinthe de sa mémoire sans failles, les travées et méandres de notre histoire. Le récit embrassait des faits historiques, personnages et situations connus seulement à travers le prisme d’une lucarne par définition restrictive, incomplète et souvent éloignée de la réalité…
Puis, sans coup férir, l’on devenait le témoin privilégié d’une transmutation du conteur alchimiste : au détour d’une phrase après un moment de réflexion sans doute pour soupeser la justesse des mots et des souvenirs, son regard s’illuminait de malice soutenue par un sourire annonciateur de lumière…?
Il s’agissait pour l’interlocuteur averti de saisir le moment, prendre la juste mesure de ce signe annonciateur d’un nectar distillé avec passion dont il fallait mériter la sublimation de l’instant. Ces moments précieux où il prenait plaisir de la transmission pour lever, le temps d’une entournure discursive, le voile d’une encyclopédie compilée à force d’observation de la nature humaine.?
Ce constat de première main toujours lucide et sans complaisance, il se délectait à le transmettre sous le sceau de la confidence amicale assorti d’anecdotes lumineuses, fruits de son observation lucide sans concession.?
Il aimait nous guider pour partager son immense savoir que la sagesse et l’experience de la nature humaine avaient mue en connaissance.?
Fin intellectuel, doté d’un esprit vif et maîtrisant une plume aussi alerte que précise et juste, Rivaltz Quenette était un érudit qui étonnait par sa simplicité. Humble et discret, il a su mettre son talent et son ascèse du bel ouvrage au service de la mémoire collective du pays qu’il a servi avec zèle, intégrité et passion.?
Ses écrits abondamment documentés, rigoureux, précis, toujours objectifs apportent un éclairage remarquable sur l’histoire institutionnelle de notre pays.?
Avec le décès de Rivaltz Quenette, l’Île Maurice perd un de ses fils illustres qui a su heureusement nous léguer un patrimoine précieux relevant de l’impératif de mémoire. Rivaltz demeure dans nos coeurs l’être universel, intègre, rigoureux mais ô combien jovial et pétillant d’intelligence du coeur… Il nous a confié le sens du vrai, de la justice mais aussi de la clémence. En grand frère, il continue de nous éclairer telle l’étoile flamboyante nous guidant sur le Chemin.
Maintenant réintégré au Créateur, il nous incombe une obligation de moyens et de résultats afin de continuellement à valoriser son oeuvre et ainsi saluer l’immense contribution de son esprit à notre humanité.?
Salaam l’Ami et Frère !