Depuis fin septembre, le mouvement Occupy Central a déclenché des manifestations dans le centre de Hong Kong, perturbant la circulation et provoquant la fermeture d’écoles et de banques, et affectant l’économie de la ville. À l’origine de ces rassemblements illégaux, la décision prise, le 31 août dernier, par l’Assemblée populaire nationale (APN), le Parlement chinois, concernant le système électoral de Hong Kong. Comme critères d’éligibilité pour désigner le chef de l’exécutif de Hong Kong, la Chine veut des candidats qui vouent un sens de patriotisme envers Hong Kong et la Chine. Le mouvement de contestation ne l’entend pas de cette manière et revendique le droit de voter pour un leader de son choix au suffrage universel en 2017.
L’ambassade de Chine à Maurice soutient que durant 155 ans, Hong Kong a été une colonie britannique et n’avait jamais joui d’un semblant de démocratie. « L’idée de démocratie a été introduite par la Chine ». L’ambassade de Chine à Maurice affirme que « Hong Kong fait partie intégrante de la Chine et l’APN est l’organe suprême du pays. La décision de l’APN sur Hong Kong n’a pas été prise sans consulter les opinions des habitants, contrairement à ce que certains médias internationaux ont pu laisser croire, mais en respectant la procédure légale et elle a été accueillie favorablement par la grande majorité des Hongkongais ». Pour l’ambassade de Chine à Maurice, cette décision démontre au contraire « la détermination et les efforts du gouvernement central de Chine à promouvoir le système démocratique à Hong Kong. Le suffrage universel est un progrès pour le système démocratique. D’ailleurs, la Chine a envoyé un responsable à Hong Kong. Les voies sont ouvertes pour le dialogue avec l’opposition, mais celle-ci a refusé ». Elle rappelle que pendant 155 ans, avant que l’île ne soit rétrocédée à la Chine en 1997, Hong Kong était une colonie britannique et c’est le gouvernement britannique qui choisissait ses gouverneurs. Elle cite un article de The Guardian : « Under the British, it never enjoyed even a semblance of democracy. The idea of any kind of democracy was first introduced by the Chinese government ».
L’ambassade chinoise soutient par ailleurs que depuis sa rétrocession à la Chine, il y a 17 ans, « Hong Kong a connu un essor rapide et une croissance économique à grande vitesse. Depuis vingt ans, la ville est l’économie la plus libre au monde. Les résidents le savent bien, le développement et la stabilité sociale constituent leurs biens fondamentaux. Le développement n’est possible qu’avec la stabilité ».
Hong Kong, dit l’ambassade de Chine, obéit au principe « un pays, deux systèmes » qui lui permet de conserver son système légal, sa monnaie, son système politique, ses équipes sportives internationales et ses lois sur l’immigration. L’ambassade de Chine à Maurice se dit toutefois « confiante que les Hongkongais sauront reconnaître la nature illégale du mouvement Occupy Central » et que la ville retrouvera sa stabilité.