Kaylash Algoo, directeur de la Mauritius Qualifications Authority, Gilberte Chung, directrice du Bureau de l’éducation catholique, Dinesh Somanah, conférencier à l’Université de Maurice, Rada Tirvassen, responsable de la recherche sur l’éducation au Mauritius Institute of Education et Vijayen Valaydon, directeur des cours à l’Alliance française de Maurice sont les cinq Mauriciens promus au grade de chevalier dans l’Ordre national des Palmes académiques de la République française. L’ambassadeur de France à Maurice, Jean-François Dobelle, leur a remis leur insigne lors d’une cérémonie organisée vendredi en sa résidence à Floréal.
Les Palmes académiques sont une des plus anciennes distinctions de la République française « décernées uniquement à titre civil ». Aujourd’hui, elle honore certains membres de la communauté éducative, enseignants ou non. Jean-François Dobelle, ambassadeur de France, a fait lors de la cérémonie de vendredi une présentation du parcours de chacun des récipiendaires de ces honneurs en ordre alphabétique.
Du tourisme à la formation
L’ambassadeur de France indique que Kaylash Algoo a commencé sa carrière dans le domaine du tourisme avant de se tourner vers l’agroalimentaire. En 2006, il prend de l’emploi à la Mauritius Qualifications Authority (MQA) comme directeur. Jean-François indique que ce Mauricien a à son actif la mise en place d’un cadre national de certification pour les pays d’Afrique francophones, anglophones et lusophones et pour plusieurs pays antillais dont la Barbade. Il constate que le directeur de la MQA « francophone et francophile » a oeuvré « pour le développement des relations entre les organismes qu’il a dirigés et les institutions françaises correspondantes ».
Kaylash Algoo a été à l’initiative des échanges qui ont conduit à la mise en place à Maurice d’« un système de validation des acquis de l’expérience fortement inspiré de celui en vigueur en France ». Pour ce faire, poursuit l’ambassadeur, il a « mobilisé largement l’expertise française et préparé le terrain en effectuant plusieurs voyages à La Réunion ». M. Dobelle a poursuivi la présentation en soulignant entre autres que M. Algoo a participé « activement à la promotion à Maurice de la langue et de la culture française ».
Longue carrière dans l’éducation
Évoquant le parcours de Gilberte Chung, Jean-François Dobelle rappelle qu’elle a débuté sa carrière comme enseignante en 1982 après son HSC. Parallèlement, elle a fait des études tertiaires en s’inscrivant à l’université de La Réunion avant d’obtenir un post graduate certificate in education du Mauritius Institute of Education (MIE). Il note qu’elle a passé 23 ans au sein de l’éducation catholique avec une carrière riche et variée pour avoir enseigné successivement les mathématiques, la chimie, l’anglais, la comptabilité, la langue et la littérature française.
Tour à tour enseignante, directrice adjointe, rectrice, conseillère et responsable de projet au ministère de l’Éducation, Gilberte Chung est depuis janvier 2007 directrice du Bureau de l’éducation catholique (BEC) couvrant ainsi la direction de 50 établissements et 1 000 enseignants. Il affirme que Mme Chung a lors de son passage au ministère de l’Éducation ou au BEC, sollicité « largement l’expertise française, notamment réunionnaise, et multiplié les contacts avec l’ambassade de France ».
Soulignant des actions entreprises par Mme Chung dans la promotion du Français, M. Dobelle affirme que « toute son action a été marquée par un engagement profond pour la promotion de la langue française et la prise en compte des élèves en difficulté ou à besoins spécifiques ».
Coopération en astronomie
Présentant l’astronome Dinesh Somanah, l’ambassadeur de France souligne qu’il a commencé sa carrière en tant qu’enseignant au collège du St-Joseph après des études à Madras où, il s’est spécialisé en astrophysique. Il se joint ensuite à la faculté de Science à l’Université de Maurice (UoM) comme Associate Professor.
Promu professeur d’université en 2007, Dinesh Somanah a dirigé le département de physique de l’UoM. « Astronome mondialement connu », il est à l’initiative de la conception et la construction du radiotélescope de Bras-d’Eau, « plaçant ainsi Maurice à égalité avec l’Australie, au premier rang de l’observation céleste par radiotélescope dans l’hémisphère sud. Dinesh Somanah a à son actif plusieurs publications. Il a obtenu plusieurs prix et distinctions dont une de la NASA en 2004. Il a aussi découvert des galaxies et « planètes mineures », dont une située entre Mars et Jupiter portant son nom.
Jean-François Dobelle note aussi l’intervention régulière de l’astronome dans les établissements français de Maurice, son implication dans l’introduction de la licence de physiques à l’Université de La Réunion. Il relève que Dinesh Somanah a contribué à l’organisation des activités dans le cadre de l’Année de l’astronomie en 2009 au côté du ministère de l’Éducation. Manifestation qui avait accueilli l’astronome français Jean-Louis Heudier.
Création de l’association des enseignants français de Maurice
S’agissant du parcours de Rada Tirvassen, l’ambassadeur de France à Maurice affirme : « Le bilan de ses travaux est impressionnant ». Titulaire d’un doctorat en sociolinguistique, il est auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’École, le plurilinguisme et la place du français dans l’océan Indien. Il a été professeur au MIE, responsable du département de français au sein de cet institut et membre d’un laboratoire de la CNRS de l’Université de Paris Ouest-Nanterre.
Jean-François Dobelle relève le resserrement des liens entre la MIE, l’ambassade de France et l’académie de La Réunion grâce à Rada Tirvassen. Ce responsable de la recherche sur l’éducation au Mauritius Institute of Education a entre autres été à l’initiative de la signature de la convention entre le MIE et l’IUFM de La Réunion. Au-delà de ces activités professionnelles, l’ambassadeur affirme que M. Tirvassen a apporté « une précieuse contribution au développement de la langue française, en prenant l’initiative de la création de l’association des enseignants de français de Maurice ». Il souligne que Rada Tirvassen s’intéresse aussi à la situation du français à Madagascar et ailleurs.
Pour plus de films en français
Présentant en dernier lieu le directeur de l’Alliance française (AF), l’ambassadeur a noté que Vijayen Valaydon regrette qu’il n’y ait pas plus de films français diffusés à Maurice. À cela, Jean-François  Dobelle souligne qu’« à ma demande, l’IFM (ndlr : Institut français de Maurice) a décidé de programmer régulièrement, soit le mercredi à 19 heures, des films consacrés à un auteur, un acteur ou un courant qui a profondément marqué le cinéma français. « J’espère également que davantage de films français récents seront diffusés dans le nouveaux complexe cinématographique de Bagatelle », affirme-t-il.
M. Dobelle a fait un survol du parcours de M. Valaydon, dont « l’action au sein de l’AF a contribué au développement de la langue française auprès de jeunes publics scolarisés dans le système éducatif mauricien, avec l’organisation de concours scolaires et surtout la mise en place du DELF et du DALF ». Il note que M. Valaydon est le premier Mauricien à exercer les fonctions de directeur de l’AF, poste qu’il assume de manière exemplaire. M. Valaydon, laisse entendre M. Dobelle, a aussi été très actif au sein d’autres instances pour la promotion de la langue et la culture française.
Les récipiendaires de cette distinction ont été unanimes à dire que cette reconnaissance jaillit sur l’ensemble du corps auquel ils appartiennent.