Une certaine tension existe entre l’administration de l’hôpital Jeetoo et des infirmiers depuis quelque temps. Un exercice contesté de transfert d’infirmières cette semaine a accentué les relations conflictuelles, particulièrement entre le directeur et le personnel concerné. Après avoir tenu une conférence de presse hier après-midi pour dénoncer « l’attitude rétrograde et le ton dictatorial » du directeur, la Nursing Association a organisé une manifestation de protestation en fin de matinée pour réclamer le départ du directeur, du Regional Nursing Administrator et du Nursing Administrator (female). Cependant, certains médecins et administrateurs du secteur de la Santé désapprouvent la démarche de ce syndicat et font part de leur soutien au directeur de l’hôpital Jeetoo.
Pendant que les responsables de l’hôpital Jeetoo réglaient les derniers détails pour l’inauguration d’une “hydro therapy pool” (piscine pour la physiothérapie) prévue dans l’après-midi aujourd’hui, des membres de la Nursing Association (NA), pancartes en main, manifestaient à l’extérieur de l’hôpital contre trois cadres de l’administration et réclamaient leur départ. Les dirigeants de ce syndicat et des infirmières concernées par un transfert inattendu ont manifesté à tour de rôle entre 11 et 13 h, soit pendant l’heure du déjeuner. « Le directeur agit comme un dictateur dans la manière de gérer cet hôpital et utilise souvent le terme “Mo lopital” quand il s’adresse au personnel infirmier pour faire comprendre qu’il ne tolère pas que l’on conteste ses décisions. Il a une attitude méprisante envers les infirmiers. Comment les infirmiers peuvent-ils donner le meilleur d’eux-mêmes chaque jour avec une telle attitude rétrograde ? Ce genre d’administrateur n’a pas sa place dans un hôpital moderne », lance Ram Nowzadick, président de la NA, pour expliquer les raisons pour lesquelles ce syndicat réclame le départ du Dr Vasantrao Gujadhur à la tête de l’hôpital. Ce syndicat est aussi en colère contre le Regional Nursing Administrator et le Nursing Administrator, qui « ont ignoré les doléances » des infirmières de l’hôpital Jeetoo, qui protestent contre leur transfert.  
Interrogé sur la manifestation qui a eu lieu contre lui aujourd’hui, le directeur de l’hôpital Jeetoo dit au Mauricien qu’il « se sent blessé par les propos des dirigeants de la NA », mais ajoute qu’il ne fera aucun autre commentaire sur l’attroupement de mardi dernier d’une trentaine d’infirmiers devant le couloir menant aux bureaux de l’administration de l’hôpital. Toutefois, ses proches collaborateurs affirment au Mauricien qu’il « a reçu à son bureau ce jour-là deux représentants de ce syndicat pour écouter leurs doléances au sujet de ces cas de transferts ». Un membre du personnel explique : « Le directeur de l’hôpital leur a dit qu’il ne peut changer les décisions prises par le ministère et qu’ils doivent aller protester auprès des responsables dudit ministère. » Selon ce dernier, il y a eu « quelques agitations et brouhahas » dans les couloirs de l’administration, ajoutant que c’est pour cette raison que le directeur de l’établissement a fait appel aux policiers, en service à l’intérieur de l’hôpital.
Mais le Dr vasantrao Gujadhur, qui était pendant plusieurs années un ancien membre en vue de la Medical & Health Officers Association (MHOA), le syndicat des médecins généraliste de l’État, bénéficie depuis ce matin de quelques-uns de ses collègues médecins ainsi que celui de quelques cadres du service de la santé. « Le syndicat des infirmiers fait son travail, mais le Dr Gujadhur a une grande responsabilité en tant que directeur. Il prend certaines décisions qui ne font pas plaisir au personnel, mais c’est l’intérêt de l’hôpital qui passe en premier. Réclamer son départ est quelque peu exagéré » estime un administrateur d’un hôpital. Pour sa part, le Dr Wassim Ballam, président de la MHOA, souligne que « le syndicat des infirmiers a le droit de faire entendre sa voix », précisant toutefois qu’il « a eu l’oreille » du directeur de l’hôpital Jeetoo récemment quand il a fallu le rencontrer pour discuter d’un problème concernant un de ses membres en poste de cet hôpital. « Il m’a reçu et nous avons eu des discussions correctes et franches », estime le Dr Ballam.
La Nurses Union, autre syndicat d’infirmiers, se dissocie de la manifestation qui a eu lieu ce matin. « Nous ne sommes pas partie prenante de cette manifestation car le transfert des infirmiers dans tous les hôpitaux a été fait à la demande de notre syndicat, car il fallait régler le manque d’infirmiers à l’hôpital Victoria et à Jeetoo. Il y a eu des discussions au préalable entre le ministère, les RNA et notre syndicat, et la liste des transferts a été préparée par le ministère. Tous les critères ont été pris en considération. On sait qu’il y a quelques protestations et le ministère nous a affirmé qu’il viendra avec des solutions concernant les doléances reçues », affirme ainsi Bholanath Jeewuth, secrétaire général de la Nurses Union.