Le service de cardiologie de l’hôpital Victoria est désormais équipé d’un nouvel appareil de diagnostic des lésions cardiaques. L’Intravascular Ultrasound Imaging a été présenté à la presse mercredi, au Cardiac Centre de Candos. Il est muni d’un petit cathéter de moins de 2 mm qui, introduit dans une artère coronaire, permet de voir avec précision l’intérieur du vaisseau. Cette machine diffère de l’angiogramme, qui donne au praticien une image externe de l’artère. Il s’agit d’un examen indispensable pour décider du type d’intervention de dilatation artérielle, de pose de stent ou de “by-pass” en fonction de l’état de l’artère.
Une équipe technique d’Afrique du Sud a fait le déplacement à Maurice pour la mise en service de la machine d’imagerie intravasculaire aux ultrasons, dont le coût est de Rs 1,5 million et celui du cathéter de Rs 30 000. Cent examens sont prévus annuellement grâce au nouvel équipement, dont 40 au cours de la première année d’utilisation. Selon le ministère de la Santé, cette méthode permet de mesurer l’étendue réelle de la maladie, l’étendue de la lésion (sténose), la caractéristique de la plaque dans les artères et le degré de calcification. Il est surtout important de bien évaluer la plaque, voire la présence de toute fissuration, car un stent doit être bien posé sur la paroi du vaisseau pour obtenir de meilleurs résultats à court et moyen termes. Actuellement, ce sont les stents libérant un médicament qui sont utilisés dans la majorité des cas dans les hôpitaux publics. Quelque 16 148 patients de tous les âges souffrant de maladies cardiovasculaires ont été traités dans le service hospitalier en 2013. De ce nombre, 9 070 d’entre eux avaient 60 ans et plus. Quelque 145 malades avaient moins de 20 ans et 1 102 patients étaient âgés entre 20 et 39 ans contre 5 831 entre 40 et 59 ans. Pas moins de 2 851 personnes sont décédées de maladies cardio-vasculaires à travers l’île, dont 2 243 chez les 60 ans et plus. Quelque 88 décès ont été enregistrés chez les 20-39 ans. Cependant, le taux de décès liés aux maladies cardio-vasculaires a diminué : de 22,8% en 2005 à 17,7% en 2013.