Photo illustration

La Medical & Health Officers Association (MHOA) a expliqué jeudi 3 octobre, sa démarche pour faire appliquer le mot d’ordre consistant à accorder un minimum de dix minutes par patient, au lieu d’une à deux minutes, lancé lors de consultations entamées mercredi dernier. Les dirigeants de la MHOA réclament une rencontre avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth, pour expliquer leurs problèmes, car cinq demandes pour une rencontre avec le ministre de la Santé, Anwar Husnoo, sont restées lettre morte.

Pour le Dr Rajnish Nabab, porte-parole de la MHOA, avec ces nouveaux horaires, les patients cesseront de dire que les médecins opérant dans des hôpitaux sont des « médecins panadol ». « Les médecins auront plus de temps à consacrer à leurs patients pour un bilan de santé au lieu de prescrire des tonnes de médicaments. On ne constate pas de perturbation dans les activités à l’hôpital, a déclaré Rajnish Nabab lors d’une conférence de presse, jeudi, au siège de la Federation of Civil Service and Other Unions à Port-Louis.

« Accorder dix minutes ou plus est la norme internationale dans les hôpitaux. On a décidé d’appliquer cette politique pour éviter surtout que les patients des hôpitaux croient qu’on n’est pas en train de s’occuper d’eux. Au fait jusqu’à tout récemment, les médecins des hôpitaux faisaient face aux critiques des patients car ils avaient pour instruction de “clear crowd” », a-t-il précisé. Se référant à la déclaration du ministre de la Santé, Anwar Husnoo, à propos de deux “increments” qui ont été accordés aux médecins généralistes, il a tenu à déclarer qu’il a été dit dans le rapport du PRB que « le management est responsable des horaires de travail des médecins ».

Après la publication du rapport du PRB en 2016, le bureau du Senior Executive a écrit une lettre pour dire que suite à une rencontre avec le syndicat des médecins le 17 mai 2016, le “shift system” sera calculé sur 33h comme il avait été recommandé en 2015. « Le ministère était d’accord que les médecins travaillent pendant 33h. En sus de cela, le conseil de ministre en date du 7 juin a statué sur la réduction du “work load” des médecins. En ce qui concerne les deux “increments”, il est tout à fait normal que les médecins y aient droit car le nombre d’heures de travail est passé de 33h à 40h par semaine.

« Avant l’introduction du “shift system”, on travaille d’après un système de rotation de 9h à 16h de lundi à vendredi et de 9h à midi durant le week-end. Ce système n’a pas évolué. Il n’y a pas non plus d’interventions chirurgicales après 16h. Où est-ce que le système est en train de travailler pendant 24h ? À part les services des urgences, je ne vois pas d’autres départements qui travaillent pendant 24h. Comment maintenant le ministre de la Santé peut venir dire que ce système marche à merveille ? Jusqu’à maintenant, on n’a pu rétablir le système de “shift” dans le département d’anesthésie », a-t-il. « Nous demandons ainsi que le ministère de la Santé nous rémunère pour les 28h de travail additionnel avec l’introduction du “shift system”. On est en train de travailler pendant 179 heures par mois », a-t-il dit.