La Senior and Other Nursing Staff Association (SONSA), regroupant les Charge Nurses, Ward Managers et des infirmiers faisant partie de l’administration hospitalière, a décidé de ne pas célébrer cette année la journée mondiale des infirmiers suite aux deuils nationaux qui ont frappé Maurice récemment. C’est ce qu’a indiqué Anil Kumar Suggun, secrétaire du syndicat.
Cette célébration devait avoir lieu à l’hôpital de Candos le 15 mai prochain. M. Suggun, lui-même Charge Nurse à l’hôpital de Rose-Belle, a en outre déclaré que lors de l’accident de la route ayant impliqué un autobus de la Corporation nationale de transport (CNT) à Sorèze le 3 mai dernier, « les infirmiers des hôpitaux où étaient conduits les blessés ont réagi avec rapidité, efficacité et compassion suite à la formation qu’ils ont reçue d’une équipe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’année dernière sur les mass casualties ». « Nous avons vu les résultats après l’accident et c’est la démonstration que la formation continue du personnel infirmier lui permet de répondre à l’appel », a soutenu le secrétaire de la SONSA.
Même si l’heure n’est pas à la fête, le syndicat poursuit sa lutte pour que la profession des infirmiers soit mieux reconnue. Le corps infirmier compte actuellement 3 768 membres exerçant dans les hôpitaux et 651 dans le privé. L’action du syndicat est en phase avec les objectifs de développement des Nations unies (millenium goals 4, 5 et 6) dans le domaine de la Santé, c’est-à-dire la réduction de la mortalité infantile, l’amélioration de la santé maternelle et la lutte contre le VIH/sida et d’autres maladies, indique M. Suggun. Le syndicat constate qu’en 2009 l’incidence de la malaria était de 1,8 pour 100 000 habitants, le taux de mortalité infantile de 13,4 pour 1 000 live births, de 16 pour 1 000 pour des enfants de moins de 5 ans et le nombre de décès maternels, de 10. « Ces indicatifs sont plutôt satisfaisants », déclare M. Suggun.
Le syndicat a tout lieu de se réjouir de l’accession de tous les infirmiers anciens et nouveaux au Diploma of Nursing à partir de cette année. Néanmoins, constate le secrétaire de l’association, le manque d’infirmiers dans le service public se fait toujours sentir en dépit du recrutement en 2012 de 400 infirmiers et de celui de 300 autres prévu cette année. Maurice a 37 infirmiers pour 10 000 habitants, indique M. Suggun. Ce n’est pas encore suffisant, dit-il, car l’OMS préconise 42 infirmiers pour 10 000 dans les pays classés dans la catégorie de « upper middle income » dont fait partie Maurice. Le syndicat demande au ministère de la Santé d’augmenter les sessions de Bank of Nurses pour les Health Care Assistants, d’abolir les quotas ayant trait à ces sessions pour les infirmiers et d’appliquer le rapport du Pay Research Bureau (PRB) et le paiement au prorata du service dans la Bank of Nurses pendant les night shifts.
La SONSA note également que la discrimination envers le personnel infirmier féminin perdure, une infirmière devant être sage-femme avant d’être promue Charge Nurse. « À cause de cette anomalie, leurs collègues masculins sont promus trois ans avant elles, même s’ils ont le même nombre d’années de service. » Par ailleurs, le syndicat réclame la nomination parmi les « most Senior » d’un Deputy Director of Nursing, poste laissé vacant depuis le départ à la retraite du précédent titulaire. « Nous demandons qu’au moins un Acting Deputy Director soit désigné en vertu du Civil Service Human Ressources Management Manual. » En outre, la SONSA réclame l’ouverture des négociations sur la comptabilisation des local et sick leaves des infirmiers en application des clauses 3.2.6, 4.2.7 et 4.5.1 des règlements.