Pendant toute une semaine, le restaurant Brasserie Chic de l’hôtel Labourdonnais, au Caudan, accueille une équipe de chefs sichuannais sous la direction de Diao Qisen pour un festival de cuisine. Lors d’une rencontre avec Le Mauricien, celui-ci, qui est dans le métier depuis plus de 35 ans, indique que la particularité de cette cuisine réside dans « son côté relevé » dû à l’utilisation de « huajiao», un poivre piquant originaire de cette province, dont la capitale est Chengdu.
Deux formules sont proposées, au déjeuner comme au dîner : buffet ou menu. Les gourmets pourront ainsi déguster à la fois des snacks, des poissons, des fruits de mer, du poulet ou de la viande aux sauces très relevées, en outre à partir de piments, pâtes de piments et d’épices. « La cuisine de Sichuan a aussi une touche sucrée par moments », dit-il. Ils pourront aussi savourer des nouilles, bien que la cuisine soit plutôt riche en riz. « Comme Sichuan est dans le sud de la Chine, on mange beaucoup de riz », souligne le chef d’équipe, qui pratique une cuisine traditionnelle. Ce qui diffère dans cette cuisine, fait-il ressortir, « c’est qu’au fil du temps, avec le développement du transport intérieur dans le pays, les poissons et les fruits se sont invités » dans ces plats. « Auparavant, comme la mer est loin et qu’il n’y avait pas de travail, il n’y avait quasiment pas de poissons ou fruits de mer dans cette cuisine », précise-t-il.
Si le chef Diao Qisen s’est intéressé de si près à la cuisine, c’est « parce qu’on aime bien manger », dit-il. Ainsi, à 17 ans, il choisit d’entamer une formation professionnelle pour devenir chef. Il travaille dans un des plus grands restaurants de la ville et accueille des chefs d’état et des délégations étrangères, fait-il ressortir. Pour le présent festival, son équipe et lui ont ramené 150 kilos de produits et d’épices de Chine  pour agrémenter nos viandes, poulets, poissons, fruits de mer ou même légumes.