Le groupe Beachcomber, l’un des pionniers de l’industrie touristique à Maurice, fêtera le mois prochain ses 65 ans de présence touristique. À cette occasion, une série d’initiatives pour marquer cet événement est prévue car le lien entre Beachcomber et les principales étapes du développement de l’Hospitality Business « est intime ». D’autre part, intervenant sur Beachcomber Screens, Gilbert Espitalier-Noël, le Chief Executive du groupe, revient sur l’enjeu pour le groupe et les mesures prises pour contrer une OPA hostile.
Dans le cadre des célébrations marquant les 65 ans du groupe, un logo a été conçu accompagné de « 65 Years crafting the Art of Beautiful ». Beachcomber compte également faire un clin d’oeil à sa clientèle en proposant une remise de 35 % pour tout séjour dans les hôtels du groupe à tous ceux qui fêtent leurs 65 ans cette année.
Parmi les autres initiatives prévues exclusivement pour ce mois d’anniversaire, figure une exposition de photos dans chacun des hôtels du groupe. Les clients des boutiques Beachcomber pourront aussi profiter d’une remise de 11 % sur leurs achats et sur un plan plus général, de nombreux petits clins d’oeil – pâtisseries, chocolats et autres cadeaux frappés du logo commémoratif – feront directement référence au 65e anniversaire du pionnier et leader historique de l’hôtellerie mauricienne.
En juin 1952, le groupe Beachcomber décline le premier chapitre de l’industrie touristique à Maurice. Qantas démarre une liaison reliant Perth et Johannesburg, en transitant par l’île Maurice. Rogers & Co. Ltd, représentant de la compagnie aérienne australienne, décide d’ouvrir le premier hôtel de standard international, et ce par l’entremise de sa filiale nouvellement créée Mauritius Hotels en vue d’accueillir les passagers et équipages en escale.
Sous l’impulsion d’Amédée Maingard et de Michel Pitot, le château Mallac, à Curepipe, est transformé en Park Hotel, un établissement de 40 chambres. À cette époque, avec un nombre annuel de 1 800 visiteurs, cette démarche constituait un acte de foi dans une industrie à peine naissante. L’aventure hôtelière se poursuivra avec Le Morne Plage et ses « rondavelles » et Le Chaland, à proximité de l’aéroport, en 1962. Deux ans plus tard, New Mauritius Hotels (NMH) prend naissance de la fusion entre Le Morne Plage Vatel et Mauritius Hotels. En 1967, la société décide de construire l’hôtel Le Morne Brabant pour remplacer Le Morne Plage. L’établissement héberge, l’année suivante, les invités aux célébrations de l’accession du pays à l’indépendance.
Le tournant décisif se présente en 1971 avec l’ouverture du Trou-aux-Biches Village Hotel, aujourd’hui l’un des joyaux de la collection Beachcomber. L’année suivante, l’aménagement du Dinarobin Pierre Desmarais, rattaché au Morne Brabant, vient étoffer le portefeuille hôtelier de NMH. En 1976, l’emblématique Paradis prend ses quartiers sur la péninsule du Morne.
Dès lors, le groupe Beachcomber se présentera comme un rendez-vous incontournable à Maurice, et aussi dans l’océan Indien. Par la suite, 1980 verra la création de la marque Beachcomber avec le Royal Palm de Grand-Baie, s’invitant au skyline touristique cinq ans plus tard. Ces efforts seront couronnés par la reconnaissance de cet établissement comme faisant partie de la prestigieuse collection d’hôtels “The Leading Hotels of the World”.
Avec une série d’implantation hôtelière à travers l’île, la marque Beachcomber étendra son empreinte au-delà des rivages mauriciens avec l’ouverture, en 2001, du Sainte Anne Resort & Spa sur une île privée de 220 hectares au coeur d’un parc marin aux Seychelles. En parallèle, le Dinarobin est créé sur la péninsule du Morne.
Beachcomber, qui génère un chiffre d’affaires de quelque Rs 10 milliards et compte actuellement 10 resorts offrant un choix d’hébergement allant des villas et suites aux appartements et chambres, s’inscrit également dans le quotidien de quelque 5 000 artisans dont « la bonté vient sublimer au quotidien la beauté naturelle des lieux qui leur ont été confiés ». Piliers du groupe, ces hommes et ces femmes représentent la principale richesse et valeur du groupe au fil des années.