Les ex-employés de l’hôtel Indian Resort & Spa, établissement racheté par le groupe espagnol RIU, ont eu une rencontre durant la matinée avec le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, en présence des représentants du groupe hôtelier étranger et du Receiver/Manager Sattar Hajee Abdoola, de la firme d’experts-comptables Grant Thorton. Les employés estiment que la rencontre d’aujourd’hui est « prometteuse » après avoir exposé leurs points de litige, c’est-à-dire les salaires toujours impayés de deux anciens employés et le recrutement de membres du personnel au chômage.
Pour rappel, l’hôtel Indian Resort & Spa, l’un des hôtels du groupe Apavou, avait été placé sous “receivership” début 2014 et avait trouvé repreneur avec le groupe espagnol RIU Hotels & Resorts. Début juin 2014, les 171 employés avaient été informés que l’hôtel avait trouvé de nouveaux acquéreurs et qu’il cesserait ses opérations le 21 juin. Les employés étaient priés d’évacuer les lieux la veille, l’hôtel devant effectuer des travaux de rénovation. Depuis, les démarches et interventions auprès du ministère du Travail se suivent pour réclamer les salaires dus. Une bonne partie des réclamations et indemnisations ont été payées aux employés, mais il subsiste à ce stade deux points de litige pour lesquels les anciens employés ne comptent pas baisser les bras : le non-paiement pour deux personnes de leur salaire pendant la période août 2014–mars 2015 et le recrutement, par le groupe hôtelier, des employés qui sont au chômage depuis l’année dernière.
Lors d’une réunion tripartite à la Victoria House pendant la matinée, le ministre Soodesh Callichurn a surtout écouté les doléances d’un groupe d’ex-employés. Ceux-ci ont ainsi qualifié la rencontre avec le ministre de « prometteuse », ajoutant que ce dernier avait adopté une « approche humaine » face à leurs problèmes. Ils insistent sur la préservation de l’emploi par le nouvel acquéreur, tout en maintenant leurs conditions de travail et le temps de service. « Nous avons l’expérience et les compétences voulues », souligne le porte-parole des employés.
Les employés rencontrés par Le Mauricien dénoncent  que « le recrutement n’a pas été fait de manière transparente, mais de manière arbitraire ». Seulement une trentaine de personnes aurait été employées par le groupe à la réouverture de l’hôtel. Selon les employés, l’accord pour le recrutement de la totalité des 171 employés de l’ex Indian Resort & Spa Hotel n’aurait pas été respecté. « Ils font du “pick & choose” », déplore un employé. À cet effet, il en ressort, lors de cette rencontre, que le Receiver/Manager Sattar Hajee Abdoola, de la firme d’experts-comptables Grant Thorton, tentera de négocier avec le nouveau racheteur, le groupe espagnol RIU, pour recruter du personnel parmi ceux qui sont toujours sans emploi.