Quarante ans après avoir intégré le groupe New Mauritius Hotels Ltd (NMH) pour le transformer en porte-drapeau de l’hôtellerie non seulement à Maurice, mais également à l’étranger – soit dans l’océan Indien et au Maroc –, Herbert Couacaud, le Chief Executive Officer (CEO) du groupe, tire sa révérence. La nouvelle, qui alimentait le monde des affaires depuis des semaines déjà, a été confirmée hier lors d’une réunion du conseil d’administration (CA) du groupe présidé par Hector Espitalier-Noël. Les modalités et l’identité de son successeur ont également mis en place. Le départ d’Herbert Couacaud, âgé de 67 ans, de la tête du groupe interviendra à compter du 1er juillet prochain. Mais pour les six mois suivants, il agira en capacité de consultant avec la prise de fonctions du nouveau CEO, Gilbert Espitalier-Noël. Un autre départ est également à signaler au sein de NMH, soit celui du directeur commercial Robert de Spéville, qui sera remplacé par François Venin, faisant partie du groupe.
Dans une lettre adressée au personnel de NMH en date d’aujourd’hui, Herbert Couacaud soutient : « On ne peut pas arrêter la marche du temps et il vient un moment où il faut savoir passer la main et laisser la place aux jeunes. J’avais exprimé au CA le souhait de prendre ma retraite en tant que CEO de la compagnie et ma demande a été acceptée. » Tout en confirmant le nom de son successeur, il ajoute « pouvoir compter sur vous pour accorder à la nouvelle équipe votre soutien total et vous demande de continuer à porter très haut l’esprit et la culture Beachcomber ».
De son côté, le chairman du CA n’a pas manqué de souligner la contribution d’Herbert Couacaud à l’épanouissement du groupe hôtelier et de l’industrie touristique sur le plan local et international. « Je salue très haut et très fort sa contribution immense, tant pour NMH que pour le tourisme mauricien. Pendant 40 ans, il a conçu et construit l’édifice qu’est NMH aujourd’hui avec ses joyaux, dont le dernier à Marrakech, au Maroc. Herbert a su imprégner NMH d’une culture d’entreprise qui reflète sa manière d’être et ses valeurs », dit Hector Espitalier-Noël dans une déclaration écrite au Mauricien. Le président du CA de NMH poursuit : « Derrière l’enthousiasme et une certaine désinvolture, il y a en permanence énormément de rigueur et de professionnalisme dans tout ce qu’il entreprend. Ceci convenait parfaitement à l’industrie de l’hospitalité et du service, et une des clefs de la réussite de NMH. En passant le témoin en douceur à Gilbert Espitalier-Noël, il s’assure de la pérennité et la postérité pour ce qu’il a créé. »
Le CEO désigné de NMH, Gilbert Espitalier-Noël, n’est pas un nouveau venu dans le secteur de l’hôtellerie. Il assume actuellement les fonctions de CEO d’ENL Property Limited. Auparavant, il a été directeur des opérations du groupe Food and Allied (FAIL). Dans cette capacité, il a piloté la présence de ce groupe dans l’hôtellerie avec la réalisation de projets comme le Telfair Resort Hotel, le Bel-Ombre Integrated Resort Scheme, Le Labourdonnais Hotel et Le Suffren, au Caudan, Voilà Bagatelle, La Balise Marina et le Bagatelle Mall of Mauritius, à Moka.
« Monument de l’industrie touristique »
« Je suis conscient que je rentre dans les chaussures d’un monument de l’industrie touristique nationale. C’est donc avant tout un sentiment d’humilité qui m’anime en ce moment. Je suis heureux que les modalités d’une transition en douceur aient été définies avec Herbert, ce qui conforte ma confiance dans ma capacité à relever les défis tant de NMH que de ceux de l’industrie touristique », fait comprendre Gilbert Espitalier-Noël. Il met l’accent sur « la richesse de NMH, qui réside dans la force remarquable de ses équipes, reconnues pour leurs capacités et compétences exceptionnelles ». Et d’ajouter : « C’est un précieux atout sur lequel je compte m’appuyer pour accomplir ma mission, avec tout ce que cela comporte comme devoirs et responsabilités. »
Herbert Couacaud s’était joint groupe Beachcomber en 1976, soit à une époque charnière, que ce soit pour le groupe ou pour l’industrie hôtelière. C’est ce qu’indiquent des milieux autorisés dans le secteur, qui tentent encore de digérer le choc de ce départ. D’ailleurs, dans un communiqué officiel pour les besoins de la Bourse de Maurice, NMH Ltd note que « throughout his 40 year career, M. Couacaud also made considerable contributions to the development of the tourism industry as a major pillar of the economy ». L’un des faits majeurs d’Herbert Couacaud dans l’hôtellerie est le pari relevé avec succès du Royal Palm de Grand-Baie en 1985, qui deviendra le porte-drapeau de l’industrie en matière de destination de luxe. Le Royal Palm de Grand-Baie sera en effet le premier hôtel mauricien à faire partie des hôtels les plus prestigieux au monde. Il exportera le savoir-faire et l’expertise de Maurice en matière de gestion hôtelière dans les autres pays de l’océan Indien, principalement aux Seychelles, et également au Maroc, avec le dernier-né, le Royal Palm Marrakech. Après son retrait total de la compagnie à la fin de cette année, Herbert Couacaud fera toujours partie du conseil d’administration en tant que directeur non exécutif.