C’est l’ébullition actuellement dans l’ouest de Maurice, notamment en ce qui concerne le parc hôtelier. Le St-Régis, qui s’est installé sur le site de l’ex-Berjaya dans la baie du Morne, offre une valeur ajoutée à son infrastructure existante pour être à l’image même de cette enseigne mondialement connue pour son côté luxueux. En effet, depuis le 13 septembre, quelque 150 ouvriers de la compagnie PAD & CO ont investi le site qui jouxte l’hôtel principal pour s’engager dans un défi qui consiste à construire quatre villas de luxe… en exactement 3 mois.
D’un coût total de Rs 200 millions, ces quatre villas de grand luxe seront, sans aucun doute, la valeur ajoutée du St-Régis pour un clientèle exclusivement russe, selon les promoteurs. Il faut savoir que l’hôtel St-Régis, qui est géré à partir de Dubaï, fait partie du groupe américain Starwood et se considère parmi les « ultra-luxury establishments in major cities and resort destinations around the globe ». Si l’hôtel en lui-même commence à trouver ses marques dans le paysage hôtelier mauricien – en attendant son ouverture officielle prévue avant la fin de l’année 2012 – l’arrivée de ces quatre villas, « exclusively designed » par l’architecte sud-africain Stauch Vorster, va donner un autre boost à cette industrie.
En effet, il faut savoir que la firme PAD & CO s’engage dans un projet à haute valeur ajoutée, la location d’une de ces villas coûtant la bagatelle de Rs 500 000 par jour environ. Un prix qui donne une idée précise du nombre de détails que les hommes de John De Roubaix, Senior Site Manager, doivent respecter pour ce projet où ils doivent surtout se monter très skillful dans la finition. De plus, la location d’une de ces villas – qui comprend un studio, une piscine personnelle, des bureaux, une salle de gym, une salle à manger, un lounge, une cuisine et une unité de réception, entre autres – donnera également droit aux services de son personnel. Par ailleurs, selon les premières indications, les carnets de réservations sont déjà pleins. En effet, un groupe de touristes russes a déjà décidé d’y établir ses quartiers dès l’ouverture en décembre .
Reste que pour le constructeur, le pari n’est pas encore gagné. Depuis le 13 septembre, et jusqu’au 13 décembre, les hommes de PAD & CO sont quasiment installés sur le chantier, enchaînant des journées de seize heures selon un shift system, avec la possibilité de les rallonger en cas de nécessité. « Le défi dans ce type de chantier est multiple. D’abord, il faut travailler selon un calendrier court et prédéfini. Ce qui implique qu’aucune erreur n’est permise, et cela veut aussi dire que nos ouvriers doivent être très pointus dans leurs domaines respectifs. Mais comme ce n’est pas notre premier chantier dans l’hôtellerie de luxe à Maurice, nous n’avons aucune crainte concernant le fait de respecter notre engagement », précise-t-on du côté du constructeur, dont les hommes travaillent sous la supervision de Limbada & Limbada.