Quotidiennement, ce sont des dizaines de kilos de nourriture qui partent à la poubelle en provenance des hôtels, restaurants, supermarchés, marchés ou autres. Des articles invendus, non consommés vont ainsi dans les déchets faute de système de redistribution ou pour être en conformité avec la loi. Officiellement, on évite de parler de ce grand gaspillage, mais du côté des employés, quelques-uns lèvent le pan du voile sur l’ambleur du gaspillage.
Il est difficile de chiffrer exactement l’ampleur du phénomène. Pour avoir une idée générale, nous avons approché plusieurs hôtels, supermarchés et restaurants. Officiellement, on joue la carte de la discrétion et on sort les beaux discours pour tenter de minimiser l’ampleur du problème. Mais les indiscrétions de certains employés rencontrés dans le cadre de cette enquête nous offrent un aperçu de la situation. Dans cet hôtel, près de 50 kg de nourritures non consommées partent à la poubelle par soir en haute saison. Dans un supermarché, c’est au minimum deux à trois caddies de produits frais non vendus qui sont jetés. Du côté des maraîchers, il faut compter pas moins de Rs 5 000 de pertes par semaine en légumes ou fruits juste abîmés que les consommateurs refusent d’acheter. Davide Signa, cofondateur de l’ONG Manzer-Partazer (voir hors texte), précise que selon ses différentes recherches, en période de haute saison, “ces luxueux établissements peuvent se retrouver avec près de 50 kg de nourritures non consommées qui partent à la poubelle. Ce chiffre-là concerne uniquement un buffet du soir. En temps normal, cela peu aussi varier entre 25 et 30 kg. Nous avons environ 200 hôtels à Maurice… ” Quelques chiffres qui donnent une indication de la situation.