Les résultats des opérations des deux entités du groupe HSBC à Maurice pour l’année financière 2011 indiquent une baisse de 26,2 % des profits avant impôt pour la branche locale alors que pour les opérations offshore, la HSBC Bank (Mauritius) Ltd maintient sa croissance, enregistrant une progression de 19,4 % de ses bénéfices avant-impôt.
L’exercice 2011 pour la branche locale s’est soldé par des profits avant impôt de Rs 368,3 millions contre Rs 499 millions en 2010. Ce repli, explique la direction de la banque dans un communiqué de presse, est dû à une diminution des revenus nets sous forme d’intérêts et de ceux provenant des transactions commerciales. La croissance des revenus, souligne-t-on, a été affectée par un « run-off of foreign advances » dans le cadre de la stratégie de la branche de se focaliser sur les activités domestiques et aussi du fait que la pratique de faible taux d’intérêt a eu un impact sur les investissements.
La direction de la branche locale fait toutefois ressortir que le succès de la stratégie de se concentrer sur des opérations domestiques se reflète dans la forte croissance des crédits (15 %) accordés aux opérateurs du secteur commercial aussi bien qu’à des particuliers incluant les prêts hypothécaires. La banque se réjouit par ailleurs de « l’excellente qualité » de ses actifs, les provisions pour les créances douteuses représentant un peu moins de 0,2 % des crédits totaux. Autre indicateur de performance relevé : la forte capitalisation avec un ratio d’adéquation du capital se situant à 14,8 %, bien plus que la norme prescrite par les autorités bancaires.
Pour ce qui est des opérations offshore, la HSBC Bank (Mauritius) Ltd a réalisé une progression de 19,4 % de ses bénéfices avant impôt qui se sont chiffrés à US$ 54,5 millions. Les revenus ont augmenté de 20 % avec un apport accru sous forme d’intérêts et aussi des frais et commissions. La banque offshore a enregistré en 2011 une croissance de 18 % des dépôts qui ont avoisiné les US$ 4,2 milliards alors que les crédits totaux ont augmenté de 21,8 % pour atteindre US$ 2,4 milliards. L’entité offshore, soutient la direction, a maintenu sa place de leader du marché et affiche un ratio d’adéquation du capital de 16,1 %.
« Notre force réside dans notre réseau global », affirme Siew Meng Tan, Chief Executive de HSBC Mauritius. En dépit d’un environnement économique difficile, fait-elle ressortir, la banque a pu accroître ses actifs et ses revenus et consolider sa part de marché concernant les opérations domestiques aussi bien que sa position de leader au niveau de l’offshore banking. « We remain focused on building a strong sustainable business in Mauritius and providing world class services and products to our customers », ajoute-t-elle.