L’inclusion du renminbi (RMB), la monnaie nationale de République populaire de Chine, dans le panier des Droits de Tirage Spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international (FMI), est signe de la montée en puissance de la devise chinoise. « L’internationalisation du RMB s’accentuera », estime Dean Lam, managing director de HSBC. Selon un rapport de HSBC Global Research, le RMB représenterait d’ici 2020 environ 50% des paiements liés aux échanges commerciaux.
Dean Lam est d’avis que le statut accordé par le FMI au RMB avec l’inclusion de celui-ci dans la formule de calcul des DTS va, sur le moyen terme, booster la demande pour la monnaie chinoise par les banques centrales. Se référant à un récent sondage entrepris par l’agence Bloomberg, spécialisée dans l’information financière et économique, auprès des gestionnaires de réserves en devises, Dean Lam indique que les prévisions de ces derniers indiquent  que 10% des réserves globales en devises seront d’ici 2025 libellées en RMB. « Il y a actuellement environ  USD 7 800 milliards de réserves globales qui se trouvent hors des frontières chinoises. Avec une diversification des placements, on peut s’attendre à ce qu’un montant de l’ordre de USD 800 milliards soit investi dans des actifs libellés en RMB », ajoute le managing director de HSBC Mauritius.
Dans les milieux du groupe bancaire, on pense qu’au fur et à mesure que des pays investiront une plus grosse part de leurs réserves dans des « renminbi-dénominated assets », les entreprises auront encore plus confiance dans la monnaie chinoise pour la création de la valeur. « The result will be an uptick in companies using the currency to settle international trade », fait ressortir la HSBC. Il a été établi que le RMB est l’une des monnaies les plus utilisées pour les paiements internationaux. Au troisième trimestre de 2015, environ 31% des échanges commerciaux effectués par la Chine ont été réglés en RMB.
Dean Lam relève également l’importance grandissante du RMB en tant que monnaie d’investissement. Une forte proportion des investissements consentis en Chine aussi bien qu’en dehors de ce pays est  représentée par le RMB. Les institutions étrangères peuvent lever des fonds en RMB hors du marché chinois. En 2015, observe Dean Lam, les obligations en RMB émises hors des frontières chinoises s’élevaient à 393 milliards. « Le RMB constitue un point central de la stratégie de la HSBC. Nous avons l’expertise nécessaire en la matière pour accompagner nos clients qui investissent en Chine ainsi que les clients chinois qui utilisent le RMB comme monnaie d’investissement en Afrique à travers notre réseau global et le China Desk spécialement créé », ajoute Dean Lam.
Le flux de capitaux et d’investissements vers la Chine et au départ de ce pays augmentant, on doit s’attendre, estiment les spécialistes, à plus de volatilité dans le taux de change du RMB. Toute entreprise faisant des affaires avec la Chine a intérêt à suivre l’évolution de la monnaie chinoise.