HSBC Maurice a nommé récemment Nathalie Daynes responsable de son “China Desk”, nouvellement créé en vue de faciliter les investissements chinois en Afrique.
D’origine malgache, Nathalie Daynes parle couramment le mandarin, ayant fait des études pendant quatre ans à la Beijing Language and Culture University. Avant de se joindre à HSBC Maurice, elle travaillait pour le compte de la société ABAX dans le secteur du Global Business. Elle faisait aussi partie de la délégation mauricienne qui a effectué une mission de prospection en Chine récemment. Cette délégation était conduite par le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier Luc Duval, et comprenait le Chief Executive de la HSBC, Alastair Bryce.
HSBC Maurice veut prendre avantage de la croissance des opérations chinoises en Afrique et ambitionne d’être le centre régional de trésorerie pour les investisseurs chinois désireux de traiter en Renminbi, l’unité monétaire chinoise qui est très utilisée pour des transactions commerciales. La direction de la HSBC affirme, dans un communiqué, que travailler dès maintenant en Renminbi « est la meilleure façon de préparer les échanges commerciaux internationaux dans le futur ». La HSBC, fait ressortir un communiqué, se trouve dans une situation idéale. La présence historique de la banque en Chine facilite les échanges avec les autorités chinoises sur l’évolution des règlements. La HSBC, ajoute-t-il, dispose du plus vaste réseau d’agences de toutes les banques étrangères opérant en Chine.
La HSBC, précise le communiqué, peut accompagner les importateurs comme les exportateurs dans la sécurisation de leurs opérations en Renminbi. Il est possible, par exemple, d’ouvrir une lettre de crédit en Renminbi à travers HSBCnet, d’effectuer tous les paiements commerciaux ou de procéder à un apport de fonds dans les filiales chinoises.