L’exercice financier 2014 s’est soldé par des profits après-impôt de Rs 226,9 M pour la branche mauricienne de la HongKong and Shanghai Banking Corporation Limited alors que la banque offshore du groupe, la HSBC Bank (Mauritius) Limited, a enregistré des bénéfices nets de 48,9 millions de dollars.
Les deux entités de la HSBC ont vu leurs profits nets de 2014 se replier par rapport aux niveaux atteints en 2013. Dans le cas de la branche domestique, les bénéfices de 2013 s’étaient chiffrés à Rs 248,5 millions. La banque affichait un bilan de Rs 22,7 milliards à fin décembre 2014 contre Rs 26,1 milliards à la même période de l’année précédente. Les dépôts (banques et autres clients) se montaient à Rs 19,4 milliards au 31 décembre 2014 alors que les crédits s’élevaient à Rs 12,5 milliards. La branche mauricienne a pu maintenir en 2014 un niveau de revenus opérationnels supérieur à Rs 1 milliard.
Pour l’entité offshore, le bilan à la fin de l’année dernière se montait à USD 4,4 milliards, soit presque le même niveau qu’à fin décembre 2013. La banque a dégagé des revenus opérationnels de USD 660,8 millions contre USD 67,7 millions en 2013. Les profits avant impôt se sont élevés à USD 51,1 millions contre Rs 57,7 millions en 2013.
Au plan global, la HSBC annonce des bénéfices avant impôt de l’ordre de USD 18,7 milliards, soit une baisse de 17 % par rapport à sa performance de 2013. « This primarily reflected lower business disposal and reclassification gains and the negative effect, on both revenue and costs, of significant items including fines, settlements, UK customer redress and associated provisions », indique un communiqué du groupe. Les bénéfices par action se sont élevés à USD 0,69 par rapport à USD 0,84 en 2013. Le retour sur fonds propres a été de 7,3 %, en baisse par rapport à 2013 (9,2 %).
Le groupe annonce que ses revenus sont restés stables en 2014, soit autour de USD 62 milliards mais que des dépenses opérationnelles ont augmenté de 6,1 % à USD 37,8 milliards en raison de la hausse des coûts liés à la réglementation des opérations, aux pressions inflationnistes et à des investissements stratégiques pour soutenir la croissance des activités.
« 2014 was a challenging year in which we continued to work hard to improve business performance while managing the impact of a higher operating cost base. Profits disappointed, although a tough fourth quarter masked some of the progress made over the preceding three quarters. Many of the challenging aspects of the fourth quarter results were common to the industry as a whole. In spite of this, there were a number of encouraging signs, particularly in Commercial Banking, Payments & Cash Management and renminbi products and services. We were also able to continue to grow the dividend », commente Stuart Gulliver, Group Chief Executive de la HSBC.