La journée des examens du 31 octobre est toujours contestée par des candidats du HSC malgré l’acceptation de Cambridge de ramener à trois les épreuves prévues ce jour-là au lieu des quatre initialement fixées. Les protestataires estiment que la journée « est toujours surchargée ». En décalant le questionnaire du français, le MES est confronté à une sérieuse contrainte de temps et à d’autres problèmes pratiques, les scripts devant arriver à Cambridge au plus tard le 8 novembre alors qu’il n’y a que trois “working days” avant cette date.
Au total, 1 125 candidats ont choisi pour matières “main” les mathématiques, la comptabilité et l’économie, avec le français comme matière subsidiaire. Ce sont principalement ces candidats et leurs parents qui contestent la journée d’examens du 31 octobre car celle-ci est consacrée aux matières qui les concernent. Ils estiment que cette journée « sera très lourde » et qu’ils seront « sous forte pression ». Selon des enseignants de carrière et des responsables des collèges, il est « extrêmement rare » que Cambridge fixe trois examens pour des matières “main” le même jour. Ils soutiennent eux aussi que cette journée « sera stressante ».
Cette question a été soulevée avant-hier au parlement par le député Steve Obeegadoo à l’ajournement des travaux. L’ancien ministre de l’Éducation MMM a souligné le caractère hyper compétitif de ces examens à Maurice en raison de l’octroi des bourses d’État aux meilleurs candidats. « Le HSC s’inscrit dans une logique de compétition féroce et les candidats chaque année sont sujets à un stress inimaginable. Nous devons comprendre la préoccupation des candidats et de leurs parents pour cette journée d’examens du 31 octobre », a déclaré Steve Obeegadoo, qui a demandé au ministre de l’Éducation d’intervenir personnellement auprès de Cambridge pour revoir sa position et ne pas laisser cette question au MES seul. « Nous sommes un client de Cambridge et cet organisme doit pouvoir tenir compte de nos requêtes et des spécificités mauriciennes », a insisté Steve Obeegadoo.
Suite aux protestations officielles reçues de deux collèges au mois de mai, l’organisme anglais, après discussions avec le MES, a accepté de retirer l’épreuve du français de l’agenda du 31 octobre. Ce questionnaire est un “local made paper” et ne concerne que les candidats mauriciens et de ce fait, le reporter à un autre jour n’aura aucune incidence sur le déroulement des examens pour cette matière dans les autres pays.
Le décalage de l’épreuve de français entraîne cependant beaucoup de problèmes d’ordre pratique et a des conséquences pour 10 000 candidats (3 246 candidats avec le français en “main” et 6 215 en “sub”). La principale préoccupation du MES à présent est de trouver une date qui convient à la tenue de cet examen avant le 8 novembre, date fixée par Cambridge pour la réception des scripts. Le MES n’a pas une grande marge de manoeuvre vu que la période 1er novembre-8 novembre comprend deux jours fériés et un week-end. Il ne reste donc que trois jours potentiels pour organiser cet examen, soit les 3, 4 et 7 novembre. Le MES doit aussi s’assurer que le nouvel horaire ne coïncide pas avec celui d’un autre examen auquel prennent part les 10 000 candidats du français.
La direction du MES reconnaît que cette solution pour le français « n’est pas la meilleure » car la journée du 31 octobre n’a pas réglé le problème des 1 125 candidats avec la combinaison mathématiques, comptabilité et économie. « Tout en prenant en considération les préoccupations de ce groupe de candidats il ne faut non plus négliger les intérêts des autres candidats prenant part au français dans d’autres combinaisons. Il faut arriver à une solution qui donne des chances égales à tous » nous a déclaré ce matin Lucien finette, directeur de cet organisme.
Le MES fait savoir qu’il a envoyé depuis novembre 2010 des copies de “draft time-table” pour ces prochains examens aux Zones Directorates de l’Éducation, au BEC, à la PSSA et au Bureau de l’Éducation catholique afin de vérifier auprès des établissements qui tombent sous leurs responsabilités s’il y a des modifications à apporter à ce time-table provisoire et pour tout autre commentaire. En avril dernier le MES a envoyé directement un “provisional time table” à chaque collège pour des vérifications supplémentaires. À l’exception de deux collèges qui ont transmis au MES les réserves des parents sur le contenu de la journée du 31 octobre, les établissements n’ont pas réagi jusqu’ici sur cette question.
De son côté le MES soutient que depuis novembre 2010 il a exprimé certaines réserves à Cambridge au sujet de plusieurs problèmes relatifs au time-table de 2011 pour les examens de SC et de HSC et en particulier sur cette journée du 31 octobre concernant un millier de candidats. Si Cambridge n’a pas pris en considération ces réserves du MES, c’est parce que son time-table est en conformité avec les règles des examens internationaux. Par exemple, la durée des différents papiers figurant au calendrier du 31 octobre ne dépasse pas les six heures réglementaires.