L’annonce des résultats de HSC 2012 à la mi-journée revêt une attention particulière en raison d’une augmentation conséquente du nombre de bousiers qui passe de 31 à 69 (dont une octroyée par la MCB Foundation). Ce sont uniquement les 45 bourses octroyées selon le critère académique qui ont été proclamées aujourd’hui. Cette augmentation de bourses a élargi le cercle des boursiers et a permis à plusieurs collèges régionaux d’inscrire leur nom pour la première fois au palmarès des lauréats. Et le fait le plus marquant est assurément la bourse décrochée par Modern College, établissement privé situé à Flacq et qui, ces dernières années, a placé un ou deux candidats régulièrement parmi les classés. Pour leur part, les collèges dits “élite” confirment leur traditionnelle avance avec 5 à 10 lauréats par établissement. Des 10 414 school candidates à Maurice et à Rodrigues à ces derniers examens, 8 242 ont obtenu leur diplôme, représentant un taux de réussite de 79,14 %. La performance reste plus ou moins stable malgré une très infime régression comparée à celle de 2011 (79,31 %). Selon le ministre de l’Éducation et le Premier ministre ce matin, l’augmentation du nombre de candidats l’an dernier (légèrement plus de 300) a pu influer sur le taux de réussite. S’agissant des 45 boursiers (sur la base du critère académique seulement) connus à la mi-journée, il est bon de souligner que c’est dans la catégorie “Additional Scholarship Scheme” que le gouvernement a octroyé les bourses supplémentaires, passant de 12 à 26. Parmi les “habitués” des lauréats, le QEC encore une fois confirme sa suprématie du côté des filles avec 10 bourses tandis que du côté des “boys”, le Collège du St Esprit enlève 7 bourses devançant le Royal College Curepipe (6 lauréats) et le Royal College Port-Louis (5 lauréats). Droopnath Ramphul State College (2 lauréates) et Rabindranath Tagore State School (2 lauréats), Dr Maurice Curé (1 lauréate) MGI (1 lauréat), Lorette de Port Louis (1 lauréate), Ebene SSS (1 lauréate) figurent entre autres sur la liste des lauréats. Du côté des candidats rodriguais, Le Rodrigues College enlève les quatre bourses. En revanche, Sir Raman Osamn SC, Forest Side SSS, Mahatma Gandhi Solférino, Modern College, qui ont décroché chacun une bourse pour la première fois, ouvrent une autre page de leur histoire. En apposant ce matin sa signature sur la liste des boursiers 2012, le Premier ministre Navin Ramgoolam n’a pas manqué de saluer la performance de ces collèges qui ont créé la surprise aujourd’hui pour la première fois, soit, dit-il, ces écoles qu’on ne considère pas “stars”. Il attribue leur performance à « la politique de démocratisation de l’éducation ». Il y a beaucoup de facteurs qui entrent en jeu pour être lauréats même si l’assiduité aux études est la condition sine qua non. « Félicitations à ces collèges qui obtiennent pour la première fois un lauréat. Bizin travay bien avan tou me ena osi lezot fakter. Souvent il y a un petit écart entre celui qui est lauréat et celui qui vient juste après. Ceux qui n’ont pas obtenu des bourses ne déméritent pas » a déclaré le Navin Ramgoolam. S’attardant sur l’augmentation du nombre décidé par le gouvernement, le Premier ministre regrette toutefois qu’il n’y a pas assez de jeunes Mauriciens qui entreprennent des études universitaires après l’obention du diplôme HSC. « Le nombre d’étudiants est trop faible » a-t-il, souligné. Pour sa part, la direction du MES affiche la satisfaction de cette cuvée 2012. « Je note avec beaucoup de satisfaction que le taux de réussite est assez stable même s’il y a eu une augmentation. Ce qui doit réjouir les professionnels de l’éducation secondaire c’est qu’on retrouve les lauréats et des classés aux quatre coins de l’île. À Rodrigues, il y a un classé au Collège Le Chou. Cette nouvelle tendance augure bien pour l’avenir », commente Lucien Finette, directeur du MES. Par ailleurs, les nouveaux boursiers qui entreprendront des études à l’étranger peuvent être tranquilles car à compter de cette année le gouvernement enlève l’obligation du “bond”. À la place, ils devront avant de s’en aller prêter serment sur l’honneur devant un panel de professionnels de plusieurs secteurs lors d’une cérémonie solennel. Mais Vasant Bunwaree, le ministre de l’Éducation, a fait clairement comprendre que cela ne veut pas dire « qu’ils ne doivent pas se mettre au service du pays » après leurs études. « Le Premier ministre a permis de casser ce système de bond. Se enn liberasion me mo fer apel a bann lorea pans ou pei », a dit avec insistance le ministre de l’Éducation. Si le Premier ministre a ratifié la liste des lauréats à 11 h 15 à son bureau, ce n’est qu’une heure plus tard que le ministre de l’Éducation a communiqué la liste officielle des lauréats.