Alors qu’il y a environ 10 000 candidats qui prennent part aux examens du HSC, seulement 24 % d’entre eux sont dans la course pour décrocher les bourses d’études universitaires offertes par le gouvernement. En effet, le Laureate scheme concernait 2 497 candidats l’an dernier, 2 548 candidats en 2014 et 2 478 en 2013.
Les professionnels de l’éducation secondaire font remarquer que le programme d’études du HSC est orienté vers ces bourses et de ce fait, les 75 % de candidats qui ne sont pas intéressés à être lauréats sont soumis aux mêmes contraintes du syllabus que ceux qui « compete ». « À cause du système en vigueur pour les lauréats on ne peut changer grand-chose aux règles du HSC qui sont restées figées depuis des décennies. Plus de 75 % de candidats sont soumis aux exigences requises des candidats aux bourses. Ils suivent le même parcours avec les mêmes obstacles et ce n’est pas juste », explique Lucien Finette, l’ancien directeur du MES.
L’État octroie des bourses dans quatre filières d’études au HSC, à savoir, Arts Side, Economics Side, Science Side et Technical Side. La filière scientifique est la plus demandée parmi ces 2 400 candidats qui sont dans la compétition pour être lauréats. Il y a entre 1 200 à 1 300 candidats dans cette filière.
Pourquoi la majorité des candidats n’ambitionnent-ils pas de décrocher ces bourses ? « C’est un concours très élitiste et les intéressés doivent avoir un potentiel académique pour être dans la compétition. Soyons honnêtes, être dans cette course demande aussi des moyens financiers pour pouvoir payer des leçons particulières », répond un recteur d’un collège d’État.