Un corps frêle, des dents endommagées dû aux coups de son deuxième compagnon, un troisième concubin qui a failli la tuer… Sharonne, 33 ans, est une femme blessée à qui la vie n’a fait aucun cadeau. Cette mère de six enfants cumule malgré tout deux boulots en espérant réunir la somme de Rs 20 000, qui lui servira comme dépôt pour l’achat d’une maison. Pour l’heure, elle vit dans une longère en attendant des lendemains meilleurs. Récit d’une battante.
Les coups durs de la vie n’ont nullement réussi à la mettre à terre. Ces coups du destin qui lui firent arrêter sa scolarité, ceux de ses compagnons qui marquèrent son corps, et ceux qu’elle s’est infligés à elle-même en voulant achever un malheur qui la poursuit depuis l’enfance. Sharonne, 33 ans, a certes à maintes reprises vacillé, mais elle tient toujours sur ses deux pieds et continue à avancer.
« Mo lev gro container, mo bat beton », dit cette mère de six enfants, qui habite dans une longère. Sharonne a été parmi les premiers groupes de femmes maçons à avoir travaillé sur le chantier de Grand-Baie La Croisette. « Mo netoy lakaz lisien osi. Proprieter-la promet pou donn mwa Rs 8 000, li donn mwa zis Rs 5 000. E kan li sorti, li ferm mwa san donn mwa enn ver delo, ni enn dipin. »
Son enfance à Cité Vallijee entre deux parents alcooliques la conduit à une situation précaire, et lorsqu’en quatrième ils lui demandent d’arrêter l’école pour s’occuper de ses frères et soeurs (la famille compte sept enfants et elle est la cinquième),  Sharonne n’a d’autre choix que d’obtempérer. À 14 ans, lasse des brimades de ses parents et de son grand frère, qui la bat sous prétexte de lui inculquer de bonnes manières, elle décide de fuguer. « Mo’nn sove depi lakaz sinon mo ti pou bwar pwazon. Mo’nn deza rod swiside. Je me suis sauvé le jour où j’ai déposé mon petit frère à l’école ».
Elle rencontre alors son premier compagnon et tombe enceinte. « Zame mo famiy finn explik mwa lavi. Kan mo fine zwenn sa garson 16 ans-la, latansion ki li ti pe donn mwa ek promes li ti pe fer finn fer mwa krake. J’ignorais alors qu’il volait. Si pa loto, motosiklet. Gard finn may li e li finn kondane ».
« Enn parti feminite finn brize pou Rs 3 200 »
Après trois ans de tergiversations, Sharonne se trouve un autre homme. « Mo’nn tom lor enn droge. Li’nn met mwa ansint. J’étais à six mois de grossesse quand il est venu me chercher sur mon lieu de travail. Il était sale et il m’a demandé si j’avais reçu mon salaire. Il m’a dit de venir avec lui à motocyclette. Mais devant mon refus et voyant que je m’accrochais à ma sacoche, il l’a ouverte et a vu ma paye. Mo finn gagn bate lor sime, kalot. Mo ankor rapel mo ti met enn triko rouz e enn kolan nwar. Li’nn kas mo ledan divan.  Mo lalev ti anfle ek ti ranpli ar disan. Se enn parti mo feminite ki finn brize pou Rs 3 200 lapey ».
Blessée et choquée « j’ai voulu repartir chez mes parents ». Cependant, « ma mère m’a fait comprendre : ‘Kan pran mari bizin asime’ ». Assumer est toutefois un mot qui sonne creux dans ces circonstances pour Sharonne, qui affirme n’avoir jamais compris la signification du verbe aimer.
À 23 ans, Sharonne se voit offrir du travail dans l’atelier d’un de ses frères, qui exerce comme cordonnier. C’est là qu’elle fait la connaissance d’un Rodriguais de 17 ans, qui devient par la suite son troisième compagnon. « Li ti paret gran e mo pa ti mem kone ki laz li ti ena. Fode bien apre kan mo’nn tom lor so kart idantite ki mo finn kone. Mo pena bel ledikasion. Nous avons vécu cinq ans ensemble, e pa finn gagn enn traka. Li ti pe amenn ration, okip mo bann zanfan e mo’nn gagn enn zanfan ar li kan li ti fini vinn mazer ».
Or, son compagnon éprouve, au fil du temps, une certaine attirance pour d’autres femmes. D’interminables disputes en résultent, lesquelles se termineront en violents coups pour Sharonne. Pourtant, ils ont vécu cinq années « sans l’ombre d’un nuage », répète l’interlocutrice. C’était le calme avant la tempête.
L’infidélité prend le dessus, une pulsion qui signifie davantage de coups pour la jeune mère, qui se remémore avoir été une fois au bord de l’évanouissement. « Il m’avait projetée sur le lit, avait coincé mon corps avec ses genoux tout en appuyant ses mains sur ma gorge. Et il me cognait. Si mes enfants n’avaient pas enfoncé la porte de ma chambre, je ne serais plus de ce monde. »
Face à la souffrance, Sharonne a plus d’une fois été tentée par les méandres de la drogue et de la prostitution. Mais uniquement pour ses enfants, elle a toujours voulu sortir la tête haute. « Si mo ti gagn lamour mo bann paran, mo pa ti pou bizin al kontan zom pa bon. Mais pour mes enfants, je me dois de les protéger. J’ai ma fille aînée qui a étudié jusqu’à la SC et qui veut devenir hôtesse de l’air ».
Sharonne relate que le Rodriguais, étant aujourd’hui âgé de 27 ans, lui a fait comprendre qu’il avait fait semblant de l’aimer toutes ces années, et qu’il voulait  désormais vivre d’autres aventures. « Mo pa’nn dakor. Li’nn tronp mwa, li’nn retourn Rodrigues. De fwa mo’nn pey so biye retour par bato. Mo panse mo lamour pou li ti mari fort ». Sharon laisse alors échapper quelques rires… « Premye fwa li finn servi larzan-la pou so mama malad. Deziem fwa li finn vini ».
« Je me sens humiliée »
Ils ont deux enfants ensemble, sans pour autant qu’il ne cesse de la tromper. Un jour, son compagnon abuse d’une jeune fille de 13 ans pendant l’absence de Sharonne. Pour se défendre, il avance qu’elle ne fait pas son âge quand on la regarde. « J’ai questionné la fille qui m’a expliqué qu’elle était passée chez moi pour m’emprunter un vêtement et que mon compagnon l’a violée en la menaçant d’un couteau. J’ai enregistré la conversation sans que la fille ne le sache et j’ai ensuite confronté mon compagnon. Il m’a dit :‘enn traine sa. Al kriye li anba laboutik’. Il nous a menacées toutes les deux et nous a injuriées. Moi, il m’a cognée fort, et la fille, il l’a traitée de briseuse de ménage. Les parents de la fille ont été alertés par nos cris et ont débarqué. Nous avons tous ensemble fait face à mon compagnon avec l’enregistrement que j’avais. »
Fou de rage, le compagnon téléphone à la station de police et exige sur-le-champ une enquête pour se laver de tout soupçon. « Lapolis finn kofre li, me apre li finn resorti ». Sharonne dit craindre depuis pour sa vie et s’inquiète pour ses filles. « Li abitie look zot al begne. Li tir zot dra e tou letan li trouv exkiz… Mo pa konpran kifer li bizin get portab mo bann tifi. Ki ena dan so latet? Me pli terib se kan li bat mo bann zanfan. Je me sens humiliée. »
C’est cette humiliation qui a poussé Sharonne à se tourner vers nous pour témoigner et chercher de l’aide. « Mo bizin res dan lonzer pou mo kapav gagn enn lakaz desan. Plusieurs fois j’ai rapporté à la station de police les cas d’abus sur ma personne, mais la police ne réagit pas ». Sharonne estime au bout de plusieurs années qu’« on aurait dû enfermer des hommes qui font leurs femmes subir de telles violences ». Et d’ajouter :« Mo pa kapav gagn bate pou nanye. Mo anvi ki li ale depi sa lonzer-la, me ki bizin fer? Déjà que je dois trouver une somme de Rs 20 000 comme dépôt pour avoir ma propre maison, autrement je serais partie il y a bien longtemps. Nou, bann fam batu, nou bizin plis ki enn Protection Order. Ti bizin bat sa bann zom-la parey kouma zot bat nou e fer zot santi douler ki nou santi. Je ne peux plus vivre dans la peur».
Sharonne conclut que : « Nou fam finn fatige gagn bate. Si nou finn fer enn choix pou gagn enn konpagnon, sa pa le dir ki nou bizin aksepte gagn bate ».