En marge de la présentation son spectacle À l’état sauvage le jeudi 30 avril au Centre Swami Vivekananda à Pailles, Franck Dubosc était des nôtres mercredi dernier pour une rencontre avec la presse à l’hôtel Shandrani. En tenue décontractée et très accessible, en aparté il a répondu à quelques questions pour les lecteurs de Scope.
C’est un Franck Dubosc en mode vacances que la presse a rencontré à l’hôtel Shandrani mercredi dernier. Le comédien se présente vêtu d’un T-shirt, d’un short, de tongs et d’une casquette “parce que je n’ai pas le droit de bronzer vu que je vais tourner dans Les Visiteurs 3 juste après le spectacle.” Très accessible et toujours souriant, il parle du cinéma et de la scène. “La scène m’est indispensable, elle me permet de rencontrer le public auquel je vais m’adresser au cinéma. Aller sur scène ça permet de toucher le public de près”, confie-t-il à Scope.
Évolution.
Franck Dubosc a 17 ans de carrière sur la scène humoristique mais plus de 30 ans de carrière au cinéma, “mon premier amour.” Il est actuellement sur plusieurs projets cinématographiques qu’il entamera juste après le spectacle à Maurice qui sera le dernier de sa tournée de plus de 180 dates. Il commencera le tournage des Visiteurs 3 et de Camping 3 juste après. À “35 ans”, comme il se plaît à le dire dans ses spectacles mais aussi en dehors de la scène pour la blague, il estime être toujours au sommet en raison de la diversité dans son public et de son évolution. “C’est peut-être dû au fait que je suis dans un humour assez large, ça crée une durée, ça segmente moins le public”, dit-il à Scope.
Réputation.
Ceux qui ont vu ses précédents spectacles en conviendront, Franck Dubosc projette souvent l’image d’un dragueur invétéré toujours enclin à parler des femmes et de sexe. “On n’a pas tous le même salaire, la même religion, le même avis politique, mais nous aimons tous le sexe. C’est notre point commun, ça nous fait toujours rire les blagues de sexe en soirée. Souvent quand on a un public assez large, souvent les blagues les plus drôles tournent autour du sexe”, confie-t-il à Scope.
Pourtant, cette réputation de dragueur n’est selon lui pas justifiée, du moins à un certain degré. Il imagine qu’elle est surtout due à ses débuts sur la scène humoristique, “quand je ne savais pas trop quoi raconter. On m’a dit de raconter mes histoires de filles. Comme j’avais 28 ans, je draguais pas mal et alors je racontais”, sourit-il. Franck Dubosc confie qu’il aborde de moins en moins cet aspect dans ses spectacles “mais les gens ont toujours l’impression que j’en parle beaucoup. Comme je sais que ça les fait rire, je mets toujours un peu de drague dans mes sketchs. Ma femme est du Moyen Orient, elle est Libanaise, elle n’aime pas trop la vulgarité. Donc je fais attention”, dit-il. Il confie qu’il essayera de donner raisons à son public en lui donnant ce qu’il veut pour son prochain spectacle. “Comme les gens sont persuadés que je parle toujours des femmes et que ce n’est pas vrai, peut-être que dans le prochain spectacle je vais leur faire plaisir”, dit-il.
À noter que les billets pour le spectacle de Franc Dubosc sont toujours disponibles chez Otayo à Rs 1 500 (Carré d’or), Rs 1 000 (première) et Rs 800 (Seconde). Réservations : 466-9999.