Les Mauriciens consomment trop de sel, ce qui augmente les risques d’hypertension, de maladies cardio-vasculaires et de thrombose dans la population adulte. 83,2 % de ceux âgés de 30 à 59 ans en consomment plus de 5 g quotidiennement, soit 60 % supérieur au taux recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). C’est ce qu’indique le rapport 2012 sur la consommation de sel à Maurice rendu public ce matin au Domaine Les Pailles par le ministère de la Santé.
La quantité moyenne de sel consommé tous sexes confondus est de 7,9 g par jour. Et les hommes en sont les plus gros consommateurs, a souligné le ministre de la Santé Lormus Bundhoo lors de l’ouverture de consultations réunissant les stakeholders au Domaine Les Pailles sur ce problème de santé publique.
Une étude sur le taux de sel indique que 50 % des pains ont un taux de sel au dessus de 433 mg par 100 g. Le rapport note que les quantités variables de sel d’un pain à l’autre indiquent que le sel est ajouté manuellement au petit bonheur au lieu d’être mesuré.
Lormus Bundhoo indique que la réduction de la consommation de sel chez les Mauriciens passe par une coopération multisectorielle incluant l’industrie alimentaire, la restauration, les associations de consommateurs, entre autres. « S’il faut changer la législation pour réglementer le taux de sel dans les aliments industriels nous le ferons », a affirmé le ministre.
37,9 % de la population adulte souffre d’hypertension. Selon les statistiques de 2012, 56,5 % des décès à Maurice sont dus aux maladies de la circulation sanguine et au diabète. Le ministère de la Santé sensibilisera le public sur le lien qui existe entre l’excès de la prise de sel et les maladies cardio-vasculaires et l’hypertension.
Risques d’hypertension
L’étude sur la consommation de sel a été réalisée par le ministère de la Santé, l’Université de Maurice, le Baker IDI Heart and Diabetes Institute de Melbourne (Australie) et le National Public Health Institute de la Finlande. Cette enquête a été menée dans 52 pays. L’excès de sel dans l’alimentation est le même à la campagne comme à la ville et s’élève à 8,1 g toutes régions confondues. La consommation des hommes est plus élevée dans tous les groupes d’âge sauf chez les 50-59 ans. Elle est de 8,1 g chez les hommes et 7,7 g chez les femmes de 30-34 ans. Dans le groupe d’âge des 40-44 ans, elle est de 10,4 g chez les hommes et de 7,3 g chez les femmes. Chez les 50-54 ans, elle est respectivement de 7,8 g et de 6,5 g.
Le ministre de la Santé a indiqué que le National Nutrition Survey de 2012 en cours permettra d’identifier les principales sources de sel dans notre alimentation. Il a affirmé que la consommation de sel et l’incidence de l’hypertension constituent également un problème de Santé publique à Rodrigues. Le Dr Romesh Munbodh, représentant de l’OMS à Maurice a indiqué que la moitié des décès annuels dus aux maladies cardio-vasculaires dans le monde surviennent chez les femmes. « Il faut contrôler les facteurs de risques », dit-il.