A l’instar de Pointe-aux-Canonniers, championne toutes catégories avec près de 200 millimètres de pluie enregistrés en 24 heures, Trou-aux-Biches et Pointe-aux-Piments, copieusement arrosés, ont souffert, tout comme nombre de villages du Nord du même et éternel problème de manque de drains.
Ainsi, à Trou-aux-Biches (photo du haut, prise tard dans l’après-midi de mardi, donc bien avant même que le déluge ne s’abatte sur la région nord du pays) une piscine naturelle avait, comme d’habitude, émergé au carrefour même de l’entrée de ce village côtier, hautement touristique, entre le nouveau et luxueux poste de police de la localité et le Be Cosy Appart. Spectacle coutumier en temps de pluie, qui dure depuis près de cinq ans et qui ne semble pas émouvoir outre mesure les autorités. Ceux qui empruntent régulièrement cette route en voiture ou à moto en font les frais.
A la rue Père Laval, toujours à Trou-aux-Biches, comme à l’accoutumée lors des intempéries, nombre de familles ont dû être évacuées de leurs demeures, les drains étant toujours inopérants depuis des lustres.
Plus musclée aura été, par contre, la réaction des habitants de Pointe-aux-Piments, avec la montée soudaine des eaux dans un petit quartier résidentiel, regroupant plusieurs maisons au Tagore Lane. La situation devenant, hier, de plus en plus grave et devant l’indécision, selon les habitants, de la police et des pompiers de régler le problème, ils n’ont eu de choix que de creuser eux-mêmes l’asphalte tout en avertissant, au préalable, un de leurs députés qui se trouvait sur place. Un drain de fortune a été carrément creusé d’un bon mètre par des volontaires, sur une distance d’une trentaine de mètres, pour évacuer l’eau vers la mer traversant évidemment l’asphalte de la route côtière… Nos amateurs forcés de travaux publics ont, toutefois, fait le maximum pour respecter les conduits de câbles téléphoniques et électriques ainsi que des tuyaux d’alimentation en eau potable…
Petit ‘délit’ tout à fait citoyen, puisque accompli en toute urgence !