Le gérant de Gloria Fast Food, Shahebzada Azaree, aussi connu sous le nom de Dade et qui en est à son 3e jour d’interrogatoire « Under Warning » à l’Independent Commission against Corruption (ICAC), se trouve sous la menace de charges provisoires pour le délit de « Money Laundering ». C’est du moins ce que laissent voir des indications recueillies de sources concordantes en cette fin de semaine en marge de l’enquête initiée dans le cadre des saisies record d’héroïne, d’une valeur marchande de Rs 2,5 milliards, le mois dernier dans le port. Toujours du côté du Réduit Triangle, l’ICAC, puisant dans le « Karne Labutik » d’une soixantaine de noms de suspects liés directement ou indirectement au trafic de drogue, s’est engagée dans un marathon de convocations et d’interrogatoires. Ainsi, dans la journée d’hier, deux proches de Peroumal Veeren, un trafiquant de drogue purgeant plus d’une trentaine d’années de prison, en l’occurrence Marie Christelle Isabelle Bibi, née Labonne, et Marie Annette Gooljaury, habitant Floréal, ont été interpellées et devront comparaître en cour pour le délit allégué de « Money Laundering ». Un troisième suspect, un dénommé Mamade Taslin Yadally, habitant Pailles, est par ailleurs entendu « Under Warning » depuis ce matin dans le cadre de la même enquête. Une escouade de l’ICAC, munie d’un mandat de perquisition, effectue depuis ce matin une descente des lieux dans un bloc d’appartements de Flic-en-Flac.
Au QG de l’Anti-Drug and Smuggling Unit des Casernes centrales, Mes Rama Valayden et Neelkant Dulloo, dont les services ont été retenus par le suspect Navind Kistnah, aussi connu sous le nom de Kushal Ramchurn, alias Kun – âgé de 34 ans et habitant Petite-Rivière –, ont pris contact ce matin avec les responsables de cette enquête sur le démantèlement d’un des plus importants réseaux de trafiquants de drogue. Le but est d’établir un calendrier de travail pour l’interrogatoire du suspect et de prendre connaissance de ses confessions initiales.
L’homme d’affaires, engagé dans la restauration rapide et figure très connue dans le monde du Mauritius Turf Club, devra savoir d’ici cet après-midi si l’ICAC décidera ou non de loger contre lui des charges provisoires de « Money Laundering » sous la section 4 de la Financial Intelligence and Money Laundering Act. Pendant toute la journée, avec son comptable à ses côtés et en présence de Mes Shailesh Seebaruth et Rishi Bhoyroo des Gavin Glover Chambers, Dade Azaree a été questionné sur une série de transactions financières, ses mises sur les chevaux aux courses et au casino de même qu’au sujet de ses revenus de son Fast Food Business.
Ce matin, l’interrogatoire devrait rependre sur ces mêmes dossiers avec également tout un volet consacré sur des transactions immobilières et autres deals fonciers. À la fin de la matinée, très peu d’informations ont transpiré quant à l’évolution de l’enquête et les risques d’inculpations provisoires contre ce membre associé des écuries du Mauritius Turf Club. Des deux côtés, on est unanime à reconnaître que la partie qui se joue est extrêmement serrée au fur et à mesure que la conclusion de l’interrogatoire se précise.
Dans un autre ordre d’idées, avec une mobilisation générale des Investigating Officers, l’ICAC est passée à l’action avec deux premières arrestations et une troisième en vue pour cette fin de semaine. Dans les deux premiers cas, le réseau avec pour « ultimate holding » le trafiquant Peroumal Veeren, a été court-circuité par l’ICAC. Marie Christelle Isabelle Bibi, gérante d’un commerce à Curepipe, qui ne s’ouvre qu’une fois la semaine, est connue pour ses fréquentes visites au détenu Veeren à la prison. La suspecte, qui n’a pas été en mesure de justifier son chiffre d’affaires de Rs 1,6 million, est sous le coup d’une inculpation provisoire de blanchiment de fonds.
Pour sa part, Marie Annette Gooljaury, la cousine de Christelle Bibi, a donné du fil à retordre aux hommes du commissaire Navin Beekarry lors de l’opération. Une première descente des lieux s’est déroulée dans son snack de Mahébourg avec la saisie de Rs 63 000. Quand l’ICAC devait décider d’une perquisition en sa résidence de Floréal, la dénommée Gooljaury devait souffrir de troubles de la mémoire quand il s’agissait de donner son adresse exacte. « Mo nepli kone kott mo lakaz ek mo pena lakle », devait-elle prétendre en ajoutant qu’elle ne se sentait pas en bonne santé.
Marie Annette Gooljaury a alors été transportée à la Cardiac Unit pour des soins. Le temps que les enquêteurs de l’ICAC retracent son adresse exacte, à Floréal, une « importante opération de « défalcation » » avait eu lieu en la résidence de la suspecte. Tous les bouchons de connexion du réseau de décharge du tout-à-l’égout étaient ouverts, avec pour indication que des articles compromettants y avaient été enlevés.
Mais une fois la perquisition en cours en la résidence de ce contact de Peroumal Veeren, l’ICAC devait procéder à la saisie de trois ordinateurs portables, 13 téléphones cellulaires, plusieurs cartes Sim, des bijoux d‘une valeur de Rs 700 000, des documents aussi bien que des photos de Peroumal Veeren. Le troisième suspect sur la liste de cette fin de semaine est un habitant de Pailles, un certain Mamade Taslin Yadally. Ce dernier, qui roule en BMW et possède des motocyclettes et des quads, devra expliquer ses sources de revenus, au risque d’être inculpé sous la Financial Intelligence and Money Laundering Act par l’ICAC.
Du côté de l’enquête de l’ADSU, Navind Kistnah a été formellement connecté avec les deux premières cargaisons d’héroïne, soit les 135 kilos sur le MSC Ivana du 9 mars et les 20,34 kilos sur le MSC Filomena du 24 mars, venant d’Afrique du Sud. C’est ce que confirment les charges provisoires logées par l’ADSU en cour de Port-Louis lundi dernier. Dans les deux cas, il est accusé d’avoir agi de concert avec le dénommé Geeanchand Dewdanee. Le libellé des charges stipule que « Navind Kistnah did cause Brilliant Resources Consulting Ltd directed by Geeanchand Dewdanee and Sibi Thomas to import » le 9 mars 135 kilos d’héroïne et le 24 mars 20,34 kilos. Affaire à suivre…