L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a arrêté ce matin Natasha Caprice, compagne de Tony Riacca, qui est lui en détention préventive après avoir été appréhendé par la police dans le sillage de la saisie de 157 kg d’héroïne dans le port. Les enquêteurs, qui avaient obtenu un ordre de saisie sur le cheval Black Parrot, estiment que la suspecte détient 25 % des actions sur l’animal. Or, l’argent utilisé pour cette acquisition provient d’un trafic de drogue, plus particulièrement du réseau Peroumal Veeren. La suspecte, qui a retenu les services de Me Jean Claude Bibi, nie les faits qui lui sont reprochés. Les hommes de Navin Bheekary, directeur de l’ICAC, l’ont questionnée sur une partie de son patrimoine financier, notamment sur l’appartement luxueux qu’elle loue à Orchard Tower, Quatre-Bornes. Les enquêteurs se demandent comment elle peut s’acquitter d’un loyer mensuel au-delà de Rs 20 000, alors qu’elle ne travaille pas et que son compagnon Tony Riacca était, jusqu’à tout dernièrement, un simple employé du concessionnaire automobile Sunshine Auto Ltd. Natasha Caprice était attendue au tribunal de Rose-Hill aujourd’hui où une accusation provisoire de blanchiment d’argent devait être logée contre elle.
La commission anticorruption détient des informations selon lesquelles Peroumal Veeren utilise le Champ-de-Mars, à travers des prête-noms, pour blanchir l’argent de la drogue. L’ICAC avait obtenu, la semaine dernière, un ordre de saisie sur le cheval Black Parrot, qui court pour l’entraîneur et ex-jockey Preetam Daby. Tony Riacca est soupçonné de détenir des parts également sur ce cheval et il devra lui aussi répondre d’une accusation de blanchiment d’argent bientôt. D’autres chevaux sont dans le viseur de l’ICAC, qui compte solliciter des demandes de saisie auprès du judiciaire dans un proche avenir. Entre-temps, les deux voitures en possession de Tony Riacca et sa compagne ont également été saisies par les enquêteurs. Ces véhicules, issus de Sunshine Auto Ltd, sont soupçonnés d’avoir été acquis avec l’argent de Peroumal Veeren. Les enquêteurs, en possession du fameux “karne laboutik”, comptent incessamment convoquer certains habitués du Champ-de-Mars pour des explications.