Après les interdictions prononcées avec le scandale de Ponzi Scheme, le départ de l’Investigator Sudesh Caullychurn avec une affaire de gestion d’Outlet de Top Lepep, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a entériné deux autres suspensions et pas des moindres. En effet, le Chief Investigator de l’ICAC Jokhoo et l’Investigator Bhogun ont été suspendus de leurs fonctions en fin de semaine. Les membres de la direction générale de l’ICAC se sont réunis de matin en vue de passer en revue la situation et de confirmer l’institution d’un comité disciplinaire pour consigner les explications formelles des deux concernés.
« Ces deux membres de l’Investigation Division ont été interdits en raison d’unethical behaviour. Un comité disciplinaire a été institué pour entendre les explications des officiers concernés et soumettre des recommandations », a confirmé ce matin une source officielle de l’ICAC au Mauricien.
« Les informations qui sont en notre possession indiquent que cette interdiction n’est en aucune façon liée à cette affaire d’embezzlement d’un montant de Rs 2 millions ou encore à un réseau de paris à crédits illégaux impliquant des officiers de l’ICAC », s’est appesantie cette source officielle interrogée par Le Mauricien au sujet des charges retenues formellement.
D’autres sources avaient indiqué initialement que le Chief Investigator et son collègue interdit de fonctions auraient entretenu des connexions avec l’ancien Investigator Sudesh Caullychurn, qui a été interrogé Under Warning par le Central CID dans cette affaire d’embezzlement de Rs 2 millions dénoncée par Tote Lepep. Ces mêmes sources affirment que l’enquête préliminaire débouchant sur l’interdiction de ces deux limiers de l’Investigation Division de l’ICAC avait concerné deux autres membres de ce département. Mais ces derniers ont été exonérés de tout blâme à ce stade de l’enquête interne.
« Nous ne pouvons révéler les détails entourant ces interdictions. It is confidential. Une décision a été prise en vue d’instituer une enquête avec des charges élaborées », fait-on comprendre du côté de l’ICAC face aux questions au sujet de la nature de l’unethical behaviour reproché au Chief Investigator et à un autre depuis la fin de la semaine dernière.
Rappelons que suite à un integrity vetting engagé, l’ancien Investigator Sudesh Caullychurn a soumis sa démission de l’ICAC le 26 juillet dernier. Officiellement, l’ICAC affirme qu’« à la mi-juillet 2013, le système de contrôle et de vérification du personnel de la Commission (integrity vetting) a révélé qu’il avait été partie prenante d’une antenne d’un système de pari pendant quelques mois en 2012 ».
L’ICAC ajoute à ce sujet que « pratiquer une activité rémunérée autre que les fonctions officielles et non avalisée par la Commission place automatiquement l’employé en situation de rupture de contrat, est contraire au Code d’éthique de la Commission et est passible de sanctions sévères. »
Subséquemment, le Central CID a procédé à l’interrogatoire de cet ancien Investigator de l’ICAC au sujet d’une déposition consignée par Tote Lepep dans un cas d’embezzlement. Sudesh Caullychurn a pu rentrer chez lui sans être inquiété par le Central CID vu qu’il affirme avoir accepté un arrangement avec Tote Lepep pour le remboursement et qu’un part payment a déjà été effectué. Le dossier doit être soumis à l’Office of the Director of Public Prosecutions pour décider de la marche à suivre dans cette enquête.