Quatre jours après la deuxième séance d’interrogatoire Under Warning du ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo,  à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), dans le cadre de l’opération Goldfinger avec le prêt de 1,1 million d’euros, une nouvelle convocation est à l’agenda en ce début de semaine. C’est ce qui découle des recoupements d’informations avec l’obtention par les limiers de l’ICAC d’un quatrième Judge’s Order en fin de semaine dernière. La question qui se pose est si ce nouveau rendez-vous interviendra en ce début de semaine compte tenu du fait que le Leading Counsel de l’ancien ministre des Finances, Me Maxime Sauzier, Senior Counsel, a déjà notifié à l’ICAC son absence du pays depuis samedi pour des raisons professionnelles. Après les dernières explications du ministre Lutchmeenaraidoo, jeudi dernier, au sujet d’un prêt précédent d’un million de US dollars obtenu en 2006 de la State Bank of Mauritius Ltd à des conditions davantage plus favorables qu’avec l’Euro-Loan Saga de 1,1 million d’euros, l’ICAC a voulu procéder à des contre-vérifications sur la base des documents disponibles aux archives de la banque. Compte tenu du nouveau Judge’s Order obtenu en fin de semaine d’un quatrième juge de la Cour suprême, siégeant en référé dans le cadre de l’opération Goldfinger, la State Bank of Mauritius Ltd a été appelée à fournir toute une série de documentation bancaire à des fins d’enquête. Dans cette perspective, lors de cette prochaine convocation au QG de l’ICAC au Réduit Triangle, Vishnu Lutchmeenaraidoo sera confronté aux conclusions de l’exercice d’audit de cet emprunt d’un million de US dollars. Avant d’entrer dans les locaux de l’ICAC, jeudi dernier, l’ancien ministre des Finances avait fait état de cet emprunt remontant à 2006 dans une déclaration à la presse. « Zot pou riye. An 2006, mo ti dan lopozision e mo ti pran enn anprun similer a dolar lor bann term e bann kondisyon meyer ki mintenan an tan ki minis finans. En 2006, ti ena to dintere de referans + 1%. Sann kou-la monn gayn to dintere de referans + 1,4%. Donk li kler ki li pena nanyen de politik ladan », avait-il fait comprendre pour contester les allégations d’abus de sa position en tant que ministre des Finances entre juillet et septembre 2015 pour arracher les conditions de l’Euro-Loan. Il s’est appesanti sur le fait que « mo klyan SBM depi 35 an, mo enn klyan ki gagn akse osi a so private banking ek ena enn relasyon de klyan ek la bank, ki mo dan lopozision, ki mo dan gouvernman ». Au vu de ce nouveau développement, il est plus que probable que le dossier de l’ICAC sur l’Euro-Loan Saga de 1,1 million d’euros (Rs 45 millions) n’a pas encore été transmis au commissaire de police, Karl Mario Nobin, pour des consultations avec l’Office of the Director of Public Prosecutions en vue de mettre au point les « Final Charges » dans cette enquête. La récente déclaration du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, à l’Assemblée nationale, mardi, au sujet des nouvelles directives au commissaire de police, est diversement commentée dans des milieux politiques, le leader de l’opposition, Paul Bérenger, « taking strong exception » à cette nouvelle démarche par rapport aux procédures d’inculpation. Entre-temps, au ministère des Affaires étrangères, le mot d’ordre est Business As Usual. Samedi matin, en compagnie du Dr Robert Fernando, Vishnu Lutchmeenaraidoo, a animé au Sofitel Imperial, Wolmar, un séminaire pour une nouvelle vision de la diplomatie mauricienne. Les délibérations étaient axées sur le thème « Towards Personal & Organisational Efficiency, Effectiveness and Accountability ». Ce matin, il a procédé à l’ouverture à l’hôtel Maritim, Balaclava, d’un séminaire de l’Organisation mondiale du Commerce. Et ce soir, il a invité les diplomates étrangers accrédités à Maurice à une rencontre à son ministère à la Newton House avant de participer à la réunion du comité parlementaire de la majorité avant la séance de l’Assemblée nationale de demain matin.