L’Information & Communication Technologies Authority invite les opérateurs de téléphonie mobile à rendre inactif tout téléphone portable rapporté à la police comme ayant été volé ou perdu en vue de réduire le nombre de vols. L’organisme a émis cette semaine une telecommunication directive pour rendre cette mesure effective à compter du mardi 1er mai.
À partir de cette date, tout téléphone mobile égaré ou volé, placé sur une liste noire, ne pourra être utilisé sur aucun des trois réseaux de téléphonie mobile : Orange, Emtel et MTML. Grâce à l’IMEI (identité internationale d’équipement mobile), qui est unique à chaque téléphone portable, celui-ci sera blacklisted. L’IMEI est une série de 15 chiffres qui permet d’identifier chacun des terminaux mobiles, un peu comme la carte d’identité pour l’humain.
Lorsque le vol ou la perte est rapporté aux services de police, les procédures nécessaires sont enclenchées afin de placer le portable sur la liste noire, de façon à le rendre inutilisable sur tous les réseaux à Maurice (voir plus loin). D’où l’importance de noter le numéro “IMEI” du téléphone pour le bloquer en cas de perte ou de vol. L’ICTA a initié en 2009 une campagne nationale de sensibilisation intitulée 1 portab kokin = 1 portab sélé, pour inciter les Mauriciens à connaître l’IMEI de leurs téléphones portables. Il avait été établi qu’une moyenne de 1 000 cas de vols de mobiles était enregistrée annuellement, sans compter les cas qui n’ont été rapportés aux autorités. La campagne avait aussi pour but de sensibiliser le public à acheter des téléphones portables de revendeurs officiels, dont les certificats devront être apposés à un endroit bien visible de leurs showrooms.
Ce sont les portables les plus récents et qui disposent de plus de fonctionnalités qui attirent le plus les malfaiteurs. L’ICTA a émis une Telecommunication Directive 1 de 2012, le 12 avril dernier, imposant aux opérateurs qui gèrent un réseau de téléphonie mobile terrestre destiné au grand public, de rendre inactif tout téléphone portable qui sera rapporté à la police comme ayant été volé ou perdu ; cela conformément à l’ICT Act de 2001. La nouvelle directive décrit les procédures à suivre pour inscrire sur la liste noire de l’IMEI un téléphone portable qui a été rapporté à la police comme étant volé ou égaré.
En cas de récupération du portable, il est possible de faire enlever de cette liste noire l’IMEI de son téléphone mobile.
Par ailleurs, l’autorité régulatrice des TIC a également effectué des recommandations, à travers un amendement à l’ICT Act de 2001, pour que toute falsification des IMEI soit sanctionnée par la loi.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Procédures
Lorsque la victime rapporte le vol ou la perte de son téléphone mobile à la police – sur présentation de sa pièce d’identité – celle-ci communique l’IMEI (identité internationale d’équipement mobile) de son téléphone. Elle donne par la suite son consentement pour que l’IMEI soit communiqué à tous les opérateurs de téléphonie mobile pour que le téléphone soit bloqué sur les trois réseaux. La police remettra ensuite au plaignant un mémo qu’il devra présenter à son opérateur pour que le nécessaire soit fait. Pour obtenir l’IMEI de son téléphone, un utilisateur peut composer « *#06# » sur le clavier de son téléphone mobile.