La Plateforme No to Biometric Data on ID Carda vu sa demande pour la tenue d’une manifestation pacifique devant l’Aapravasi Ghat prévue pour demain 1er novembre à 11 h rejetée. La réponse du ministère des Infrastructures publiques, hier, a été formelle. De ce fait, la plateforme a prévu de mobiliser ses membres et ceux qui s’opposent à la carte d’identité biométrique, demain à partir de 11 h à la gare du Nord à Port-Louis.
Les opposants de la carte d’identité biométrique continuent de se rassembler. Un autre rassemblement est prévu pour demain à partir de 11 h. Dépendant du nombre de personnes qui se déplaceront à Port-Louis, fait-on comprendre, les opposants devraient se répartir en petits groupes, banderoles à la main, pour accentuer leur visibilité et pour faire passer leurs messages.
Dans la même foulée, les membres de la plateforme ont déposé jeudi une lettre au bureau du Premier ministre et à l’État Civil dans laquelle ils réclament la publication officielle des chiffres concernant le nombre de citoyens convertis à la nouvelle carte biométrique, soutenus par des documents officiels. Selon Jeff Lingaya, un des animateurs de la plateforme, des avocats sont disposés à vérifier si ces chiffres sont corrects. La plateforme met en effet en doute les chiffres communiqués par l’équipe du Mauritius New Identity Scheme (MNIS) concernant le nombre de citoyens qui se sont déjà fait enregistrer pour l’obtention de la carte biométrique. Jeff Lingaya saisit l’occasion pour dénoncer l’absence de commission indépendante, dit-il, pour faire le suivi du nombre de convertis.
La plateforme est depuis quelque temps en consultations avec des hommes de loi au sujet de la possibilité de servir des mises en demeure à plusieurs services et départements du gouvernement ainsi qu’à des ministères. Selon Jeff Lingaya, ce sera chose faite la semaine prochaine. La plateforme, de concert avec des hommes de loi, finalisera demain le contenu de ces mises en demeure.
Commentant par ailleurs l’extension du délai de validité de l’ancienne carte en laminé au 31 décembre 2014, Jeff Lingaya est d’avis que « ce renvoi vient confirmer que ce projet n’est pas populaire ». Pour la plateforme, il s’agit, entre autres, d’un soulagement en attendant le verdict de la Cour suprême.
La Plateforme No to Biometric Data on ID Card dit par ailleurs attendre de prendre connaissance des propositions de l’Alliance Lepep concernant la carte d’identité biométrique et dans un deuxième temps, les propositions du parti « pour ne pas rendre possible ce genre de dérives », faisant référence au projet MNIS.