Les éditions Indigène ont sorti l’an dernier, sous le titre « Femmes : où en êtes-vous ? », un coffret contenant trois petits livres dont cette maison a le secret. Réalisés dans le même esprit que le fameux Indignez-vous de Stéphane Hessel ainsi que son dialogue avec la Dalaï Lama, ces ouvrages mettent en perspective la situation de la femme et les enjeux du féminisme aujourd’hui en Europe et dans le monde, notamment à travers les analyses de Françoise Picq, chercheuse qui a pris part aux débuts du MLF et beaucoup écrit sur le féminisme en France.
Françoise Picq, chercheuse en sciences politiques et spécialiste du féminisme en France, partage, dans son texte Féministe, encore et toujours, une réflexion sur les idées et concepts qui ont motivé les différents mouvements féministes et leur évolution dans le temps depuis les années soixante, avec aussi quelques références aux philosophes sur l’égalité des deux sexes. Elle brosse finalement en trente pages un panorama très synthétique des courants actuels, commençant par une démonstration assez humoristique contre l’idée selon laquelle le féminisme ne serait plus d’actualité, les femmes ayant soi-disant obtenu tout ce qu’elles voulaient…
Les faits parlent d’eux-mêmes : 27 % d’écart entre salaires masculins et salaires féminins ; 40 % d’écart pour les retraites dans un pays où la grande majorité des femmes sont actives ; 80 % de la précarité, etc. D’un point vue plus général, l’auteure constate que « l’économie fonctionne toujours selon un modèle qui suppose que les travailleurs sont dégagés de charges domestiques » … Elle enchaîne sa réflexion sur le développement de la théorie des genres, et cette dissociation entre l’identité et l’orientation sexuelle que cela sous-entend.
Françoise Picq invite à s’affranchir des débats simplistes qui se sont développés à propos du genre dans le monde politique, pour prendre conscience de l’apport considérable de ce nouveau champ de recherche tant sur le plan scientifique, en neurobiologie par exemple, que dans le domaine de la psychologie de l’éducation et des sciences humaines. Elle estime par ailleurs que le féminisme connaît un renouveau au tournant du XXIe siècle qui a puisé sa source dans la naissance soudaine de mouvements qui réagissent ainsi à la remise en question de certains acquis.
Ce nouveau féminisme se distingue de celui du siècle passé par son approche de la mixité et son discours sur l’égalité. Elle met toutefois en garde contre les écueils de ce nouveau féminisme, qui a mis en sourdine les valeurs de liberté et de solidarité, se concentrant davantage sur celles d’égalité… Elle souligne enfin le fait que dans le monde actuel, les femmes représentent un enjeu politique et géopolitique et que le féminisme « éclaire la complexité des sociétés ».
Nous reviendrons prochainement sur les deux livrets associés à ce texte. Dans État sauvage, la romancière et essayiste Isabelle Sorente, polytechnicienne et ex-pilote d’avion, développe une réflexion assez subversive sur la femme et le genre en explorant la question de la domestication des êtres humains et des contre-réactions que celle-ci engendre inévitablement. Enfin, dans Féminismes ailleurs, Indigène donne la parole à cinq femmes : une spécialiste des roms, une écrivaine algérienne, une cyberactiviste tunisienne, une anthropologue aborigène et une spécialiste des sociétés inuits.