Des banques commerciales, qui avaient prêté sans le savoir à fonds perdus à l’empire Rawat, se mobilisent dans une tentative de recouvrer les créances avant la BAI Mega-Financial Scam. Ainsi, des Notices of Cristallization for Debts ont été servies ces derniers temps aux Special Administrators de la BAI Co (Mtius) and Related Entities au nom des banques contre Iframac (Transport and Retail) et l’une des banques concernées est la Banque des Mascareignes auprès de laquelle la British American Investment opérait le compte numéro 01961611000.
Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien indiquent que le montant des dettes auprès des banques de la seule entité Iframac (Transport and Retail) sous le contrôle de Bramcon avec le gendre de Dawood Rawat, Claudio Fiestritzer en tant que Chairman, s’élève à environ Rs 1 milliard. Mais les tentatives d’obtenir la confirmation auprès des parties intéressées ont été vaines.
Du côté des Special Administrators, l’équipe de conseils légaux a reçu des instructions pour défendre au mieux des possibilités les intérêts d’Iframac (Transport and Retail), qui comprend également les opérations de Courts. D’un moment à l’autre, il faudra s’attendre à voir les créanciers de la clinique Apollo-Bramwell, notamment les banques, monter au créneau avec des réclamations formelles logées devant la Commercial Division de la Cour suprême. Au 31 décembre dernier, la dette d’Apollo-Bramwell, avec la CEO Valérie Rawat touchant des salaires de Rs 1 million par mois, était de Rs 560 millions.
En ce qui concerne Iframac (Transport and Retail), les chiffres mis en avant par les Special Administrators sont de l’ordre Rs 400 millions, dont Rs 140 millions de découverts bancaires à la fin de l’année dernière, pour le département de Transport et de Rs 460 millions pour la filière Courts. Il faudra tenir en ligne de compte que depuis ces dernières semaines, le ministère des Finances a entériné le principe d’autoriser des lignes de crédits à Iframac pour faciliter le dédouanement des voitures bloquées depuis le début de l’année et l’achat de médicaments pour la clinique Apollo-Bramwell en vue de les maintenir en tant qu’On-Going Concern.
Néanmoins, l’opération de sauvetage d’Iframac (Transport) pourrait ne pas donner les effets escomptés avec de gros risques pour l’avenir de cette entité et surtout pour les 347 emplois. En effet, deux des plus importantes enseignes de franchise de prestige, soit les Allemands de Daimler pour la marque Mercedes-Benz et les Japonais Mitsubishi, ont signifié leur intention formelle de quitter le bateau Iframac.
Ainsi, l’éventuel repreneur sur les 14 en lice ne pourra pas aspirer à être le concessionnaire de ces deux prestigieuses marques de voitures, soit Mercedes-Benz pour la classe et Mitsubishi « for the commercial value ». Rien ne dit que les Français de Peugeot continueront à s’afficher chez Iframac post-Dawood Rawat. Le Price Tag d’Iframac devra être complètement revu à la baisse car les Special Administrators ne procéderont qu’à la vente du terrain et des bâtiments d’Iframac. « The distribution agreements (Daimler and Mitsubishi) are not part of the assets anymore », souligne-t-on officiellement. Les 14 prétendants en lice devaient être informés de ce nouveau développement en début de semaine avec un nouvel exercice pour le Sale Process. Ce détail devait susciter de nouvelles appréhensions au sein du personnel quant à leur emploi à la conclusion de l’exercice.
Pour les deux autres entités de l’empire Rawat écroulé, en l’occurrence la clinique Apollo-Bramwell et Courts, la désignation des nouveaux propriétaires pourrait être effective à la mi-juillet.
Dans le cas de la clinique Apollo-Bramwell, des 23 acheteurs potentiels, sept ont déjà signé le Non-Disclosure Agreement avec les Special Administrators en vue de soumettre des offres formelles. Du côté de Courts, deux concurrents ont été identifiés avec la fin de l’étape de Due Diligence annoncée dans deux semaines.
Néanmoins, le Bottom Line de tout cet exercice devrait se résumer au nombre d’emplois qui seront sauvés à la fin de ce mois à l’annonce des repreneurs du conglomérat Rawat démantelé sans oublier les Collateral Damages en tous genres…