Dahi wada, bhel puri, papadi chaat, pani puri, paratha… des mots sans doute étrangers pour nombre de Mauriciens mais qui résonnent comme une poésie à l’oreille de ceux qui ont vécu en Inde, leur faisant venir l’eau à la bouche. Il s’agit des délices que l’on trouve à tous les coins de rues dans la Grande Péninsule. Le Indian food mela (IFM) organisé par l’Indian Women’s Association (IWA) tous les ans est l’occasion toute indiquée pour goûter à ces préparations.
Le samedi 8 juin, l’IWA a tenu son IFM annuel dans la cour du Centre Indira Gandhi pour la culture indienne (IGCIC). À cette occasion, les membres de l’association ont proposé une grande variété de nourritures d’origine indienne et qu’on ne trouve pas dans le commerce et autres restaurants locaux. « These are home made », s’accordent-elles à dire. Il suffit d’en acheter pour s’assurer qu’elles sont effectivement fait maison. Par exemple, l’on trouve une douceur et une onctuosité dans le dahi (ndlr : yaourt) que l’on ne retrouve guère dans la cuisine commerciale. Les autres préparations ont également un goût subtil, et même refroidies elles gardent leur saveur, contrairement à la plupart de ce qu’on trouverait dans les restaurants et fast-food. D’ailleurs, ils étaient nombreux à en préparer sur place.
« Le dahi wada est fait à partir d’un gâteau préparé de Urang dhal et est mis dans le dahi », explique une des femmes qui tient un stand. Derrière elle, une autre s’active à préparer des aloo tikka (ndlr : des croquettes de pomme de terre). Notre interlocutrice nous explique aussi de manière succincte la préparation du bhel puri. « It is made of seve, aloo (ndlr : pomme de terre) and a green chatni with onions », souligne-t-elle en précisant que le seve est aussi fait maison. « The papri chaat is made of papri, boiled potatoes, chickpeas, sweet and green chutney and dahi », explique une autre famille. Le public pouvait aussi trouver des douceurs home made.
Ce jour-là, les avisés sont arrivés très tôt au Food mela pour s’assurer d’un bon choix et pour prendre le temps de déguster ce qui était proposé. La grosse foule était cependant attendue vers 11 h 30. Par conséquent, les queues auprès des stands étaient longues et pour certaines préparations, il fallait attendre une demi-heure ou plus, le temps de la cuisson, font ressortir les spécialistes. À cette occasion, l’IWA avait aussi sollicité le concours de quelques restaurants.
En outre, le public avait l’occasion d’acheter des fleurs et autres plantes d’intérieur en pot. Vêtements, bijoux et autres accessoires de mode et produits de beauté étaient en vente. Pour les enfants, des activités ludiques étaient organisées et tous ceux présents étaient appelés à acheter un billet pour une tombola ; un tirage au sort était prévu à chaque heure de la journée.
Comme à l’accoutumée, c’est l’épouse du Premier ministre, Veena Ramgoolam, qui a procédé à l’ouverture de la manifestation à 10 h 30 en présence de la Première dame, Aneetah Purryag, de l’épouse du Haut commissaire indien à Maurice, Deepa Seetharam, également présidente de l’IWA et de la directrice de l’IGCIC, Amita Shaw. L’association a aussi lancé son magazine annuel à cette occasion.