La plainte logée à la division civile de la Cour intermédiaire par un dénommé Bhye Hassam Goolfee, dans laquelle il réclamait des dommages de Rs 500 000 à son voisin Bilall Aullear, a été rejetée. Le plaignant accusait ce dernier de l’avoir « insulté » sur les ondes d’une radio privée en août 2007.
Le défendeur, selon la plainte, avait insinué que Bhye Hassam Goolfee aurait pointé une arme à feu sur lui. Ladite déclaration a été diffusée les 5 et 6 août 2007. Il ressort du procès que c’est en raison de l’attitude d’un inspecteur de la police de Pailles que la radio privée a été approchée par le défendeur. Bhye Hassam Goolfee a travaillé à plusieurs postes depuis l’âge de 18 ans, et a fait 23 ans chez Mauvilac. Avant 2007, il n’avait jamais eu de démêlé avec la police. En août de cette année-là, à la suite d’une altercation, Aullear a déclaré à la police que son voisin (le plaignant) l’aurait menacé. La police a procédé à son arrestation et l’a détenu en cellule jusqu’au lendemain, quand il a été relâché sous caution. Sa fille lui a indiqué que le voisin a fait état de menaces proférées contre son frère. La charge provisoire qui avait été logée contre lui a été rayée.
De son côté, le défendeur s’est plaint en cour du fait que la police avait procédé à l’arrestation de son frère Sammer. Il a de plus ajouté qu’il ne pouvait pas avoir accès au détenu. Aullear a concédé qu’il aurait pu loger une plainte au Police Complaints Bureau ou au CP contre l’inspecteur Raoma, qui l’aurait empêché de rendre visite à son frère dans sa cellule. Mais il était plutôt pressé et c’est pour cette raison qu’il a préféré solliciter l’intervention de la radio privée.
Après avoir écouté les différents témoignages, la magistrate Wendy Rangan est arrivé à la conclusion que ce n’est pas le fait que la radio ait diffusé quoi que ce soit qui a provoqué son arrestation et sa mise en détention. Dans un autre ordre d’idées, elle pense que la réclamation de dommages équivaut plus à compenser le fait qu’il a passé deux nuits et trois jours en cellule qu’autre chose. Pour elle, le plaignant n’a pu établir les torts que lui aurait causé son voisin en la circonstance. Par conséquent, elle rejette la plainte logée par Bhye Hassam Goolfee.