Vendredi matin, il est allé sur une colline de la brousse d’Ampefy à Madagascar, d’où il a pu se connecter pour nous faire parvenir les réponses écrites jusqu’aux petites heures du matin à la lueur de la bougie, après avoir roulé pendant dix heures de l’Allée des Baobabs à Morondava. Une fois de plus, la musique a conduit Percy Yip Tong dans un coin insolite pour de nouvelles découvertes et d’autres explorations.
Trente ans qu’il court dans tous les sens… Nous avons voulu savoir à quoi pouvait bien se doper cet homme qui s’est fait une réputation au niveau international. Localement, il reste en perpétuelle révolution. Des défaites, certes, mais de belles victoires, puisqu’il a fait déferler sur Maurice un nouveau souffle musical et un nouvel espoir culturel. Farouchement mauricien, Percy Yip Tong est aussi un citoyen engagé, un patriote enragé, parfois incompris, mais toujours passionnant.
Il y a 30 ans, de retour d’Europe, il lançait Cyper Produktion, la boîte par qui tout est arrivé…