Au centre d’une polémique en raison d’un ensablement accéléré depuis l’année dernière, le passage entre l’Île-aux-Cerf et l’îlot Mangénie, connu comme le canal Grand Courant, est en passe de retrouver sa vitalité. En effet, depuis le week-end dernier, une dragueuse suceuse de la firm PAD & Co a commencé un exercice de désensablement afin de libérer le passage bouché.
Le Watermaster Classic III de cette compagnie spécialisée dans les travaux de génie civil, qui a été déjà été utilisé à Rodrigues pour créer un passage entre Pointe-Monier et Baie-aux-Huîtres pour les pêcheurs, se trouve actuellement devant l’hôtel Touessrok où les travaux ont d’abord commencé pour draguer le sable qui a pris place dans le passage entre l’hôtel et l’île Burgo, connu sous le nom de Hibiscus Bay, afin de le replacer à la plage. C’est Sun Ressort qui finance ces travaux au coût de Rs 20 millions.
Depuis l’année dernière la situation est devenue intenable dans cette partie de l’île, très fréquentée tant par les Mauriciens que les touristes. En effet, l’ensablement accéléré de ces passages a eu des conséquences fâcheuses que ce soit pour la vie marine que pour des opérateurs touristiques, nécessitant des actions rapides pour les rétablir. En octobre 2011, lors d’une visite sur le site, le ministre de l’Environnement Deva Veerasawmy avait donné l’assurance que le canal Grand Courant serait réhabilité.
Interrogée, la direction de Sun Resorts a indiqué au Mauricien qu’elle vise à redonner au lagon tout sa capacité et sa beauté. « C’est suite aux interpellations des opérateurs touristiques de la région de Trou-d’Eau-Douce et de l’Île-aux-Cerfs, y compris Le Touessrok, au sujet de l’ensablement de zones précises du lagon, que les autorités compétentes, après plusieurs rencontres et études, ont autorisé ces travaux qui permettront de désensabler ces zones », a soutenu au Mauricien Clyde Vacher, le responsable de la Communication. Il est à noter que c’est Sun Resorts qui assure le financement de ces travaux.
Un responsable du dragage nous a indiqué que pour rétablir le passage Grand Courant, quelque 15 000 mètres cubes de sable seraient pompés et replacés sur la plage de l’îlot-Mangénie. « Pour le pompage actuellement en cours entre le Touessrok et l’île Burgo, quelque 3 500 mètres cubes de sable seront retirés et replacés également sur la plage de l’hôtel. Ce sont des travaux qui demandent une certaine dextérité, car il est importantde respecter tout l’écosystème et la vie marine comme le demande le ministère de l’Environnement. Du reste notre dragueuse suceuse est environmentally friendly. Jusqu’ici tout se passe pour le mieux », affirme notre interlocuteur.
ARUP-SIGMA agit comme ingénieur, Enviro-Consult comme consultant en environnement, tandis que le quantity serveyor est Hoolooman Associates.
Les travaux, qui ont débuté le 19 juillet, s’achèveront fin vers la fin du mois d’août selon les estimations.