Le Senior Puisne Judge Keshoe Parsad Matadeen et les juges David Chan Kan Cheong et Rita Teelock n’ont pas accédé à l’appel du ressortissant allemand Erwin Riesberg, condamné en 2009 par la cour d’assises à 35 ans de servitude pénale pour importation d’héroïne. Une quinzaine de voies de recours ont été soulevées lors de l’audition devant la cour d’appel.
Le ressortissant allemand Erwin Riesberg a saisi la Cour d’appel pour contester sa condamnation de 35 ans après avoir plaidé non-coupable. C’est la juge Premila Balgobin qui présidait son procès devant les assises en mars 2009. Le Full Bench, composé du Senior Puisne Judge Keshoe Parsad Matadeen et des juges David Chan Kan Cheong et Rita Teelock, a maintenu la décision de la cour d’assises.
Erwin Riesberg était représenté par le Senior Counsel Me Ivan Collendavelloo, assisté de l’avoué Me Rao Luchmaya. Plus d’une quinzaine de voies de recours ont été soulevées pour les besoins de l’appel. Plusieurs points ont été soulevés dont un point de droit qui avait été formulé au début du procès, contestant l’admissibilité des dépositions de l’appelant. Selon le Senior Counsel, les droits fondamentaux de l’appelant, assurés par l’article 10 de la Constitution, ont été bafoués.
Me Collendavelloo a soutenu que « the seven statements recorded in the German language were recorded and/or obtained in breach of the constitutional rights of the appellant to make statements during the enquiry through an independent, qualified and impartial interpreter ». Selon lui, le sergent Bhoolah ne peut être considéré comme étant un interprète impartial. Il a également montré des réserves sur l’impartialité de l’enquête policière dans cette affaire. Il a souligné le fait que Riesberg avait demandé l’assistance d’un interprète devant la cour de district de Grand-Port à Mahébourg.
Me Collendavelloo (SC) a ajouté qu’il n’y a aucune preuve que la valise incriminante est celle transportée par Erwin Riesberg. L’homme de loi a finalement contesté la sévérité de la sentence de 35 ans de servitude pénale compte tenu des preuves au dossier.
La seule déposition consignée en anglais par le constable Seechurn le 28 septembre 2004 n’a toutefois pas été présentée en cour. L’officier de police a fait comprendre que l’Allemand parlait dans un anglais basique.
Ce ressortissant allemand est arrivé à Maurice par avion le soir du 26 septembre 2004. Il devait ensuite prendre un taxi pour gagner son lieu de résidence à Rose-Hill deux heures après. Le 28 septembre 2004, la police a organisé une fouille dans la chambre de l’appelant mais rien d’incriminant n’a été trouvé. Les policiers l’ont cependant arrêté le lendemain suite à d’autres informations. Une valise contenant de l’héroïne avait été trouvée chez le père de Jocelyne Oodally.
L’Assistant Surintendant de Police (ASP) Mungly avait soutenu lors du procès que Riesberg avait consenti avoir transporté la valise et l’avoir remise à Jocelyne Oodally. Erwin Riesberg avait dit aux enquêteurs de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) qu’il était en difficulté financière et avait accepté de transporter la drogue pour US $ 5 000. Deux personnes dont un chauffeur de taxi ont affirmé que l’Allemand pouvait s’exprimer en anglais.
Soulignons que Jocelyne Oodally, contact mauricien de Riesberg, a été condamnée par le juge Paul Lam Shang Leen à 33 ans de prison le 22 février 2008.