Accusé d’avoir fait entrer 332,6 grammes d’héroïne à Maurice dans 42 boulettes, un passeur malgache a plaidé coupable devant les Assises. La juge Saheeda Peeroo l’a condamné à 25 ans de servitude pénale et à Rs 150 000 d’amende.
Alix Miki Rivière, ressortissant malgache, a été traduit devant la juge Saheeda Peeroo vendredi dans le procès au criminel que lui intente le directeur des poursuites publiques (DPP) pour importation de 332,6 grammes d’héroïne, en violation des articles 30 (1) (b) (ii), 41 (3) et (4) de la Dangerous Drugs Act (DDA). Il a écopé de 25 ans de servitude pénale ainsi que d’une amende de Rs 150 000. La juge des Assises a toutefois précisé que la moitié des 938 jours passés en détention préventive sera déduite de la sentence. Le passeur a été intercepté par les éléments de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) en mars 2009.
L’accusé a avoué avoir avalé les 332,6 grammes d’héroïne dans 42 boulettes. Il devait faire passer la drogue pour un contact mauricien contre de l’argent. Alix Miki Rivière a expliqué qu’il était en difficulté financière à l’époque car il ne travaillait pas et devait faire ce qu’il fallait pour nourrir sa famille. Le passeur a raconté les difficultés rencontrées pour gagner sa vie dans son pays. Selon le prévenu, c’est la misère qui l’a poussé à commettre ce délit.
Alix Miki Rivière a ajouté qu’on lui avait promis une grosse somme d’argent en contrepartie de ce service. Il a déclaré qu’il n’a jamais fait cela avant et qu’il a été conduit dans cette transaction par une certaine Véronique, une amie d’enfance. Un control delivery exercise avait été organisé mais n’a pas eu l’effet escompté, les contacts mauriciens n’étant pas au rendez-vous.
À l’heure des plaidoiries, Me Yanilla Moonshiram, avocate de l’accusé, a demandé la clémence de la Cour en faveur de son client. Elle a fait comprendre que Rivière n’avait que 25 ans quand il a commis ce délit. L’avocate a mis en avant que son client a aussi plaidé coupable et jouit d’un casier judiciaire vierge. Le ressortissant malgache a montré des signes de remords et a présenté ses excuses à la Cour. Il a de surcroît pleinement coopéré avec la police dans une tentative de coincer les personnes qui devaient prendre possession de la drogue.
La juge Saheeda Peeroo a déclaré que « this scenario of aborted control delivery is becoming a common feature ». Elle a soutenu que quand les passeurs sont interceptés, les trafiquants arrivent à trouver un échappatoire. Elle a souligné que l’accusé a bien pu être manipulé par ces trafiquants et a été attiré dans des activités criminelles. La juge des Assises a toutefois dit que le délit commis par l’accusé est l’un des plus graves et que le législateur a prévu une sanction sévère pour le trafic de drogue. La pureté de la drogue saisie est de 37 % à 59 %. La poursuite a été menée par le state counsel Me Nataraj Muneesamy.