Poursuivie pour importation et possession de drogue devant les Assises, la Malgache Amina Houssen sera fixée sur son sort ultérieurement. Lors de son procès hier, l’accusée n’a pas nié avoir été interpellée avec de la drogue à l’aéroport SSR mais affirme avoir été piégée par une Malgache qui lui a fait croire qu’elle pouvait arranger ses problèmes financiers si elle l’aidait à transporter « des trucs » à Maurice.
Amina Houssen, une commerçante malgache d’une quarantaine d’années, a comparu devant les Assises pour le procès qui lui est intenté pour importation et trafic de drogue. Amina Houssen avait en sa possession environ 356,85 g d’héroïne et 13,538 g de cannabis, dissimulés dans des boîtes à cadeaux dans ses bagages. Amina Houssen était arrivée à bord du vol MK 289, en provenance de Madagascar. Une enquête discrète avait par la suite été menée pour s’assurer qu’elle n’avait pas de contacts locaux. La marchandise est estimée à Rs 6 millions.
Lors de son procès en cour, un officier de l’ADSU de l’aéroport a soutenu que lors de l’interpellation de la Malgache, cette dernière était apeurée et dans un premier temps, elle avait informé la police qu’elle devait délivrer la marchandise. Toutefois, aucun contact local n’a été intercepté. Environ sept statements ont été consignées de l’accusée. Amina Houssen indique ainsi qu’elle est la benjamine d’une famille de six soeurs et qu’elle a arrêté l’école à l’âge de treize ans pour aider sa mère, qui tenait un commerce de vêtements et d’assiettes. Après la mort de sa mère, elle décide de reprendre ce commerce, après avoir travaillé quelque temps comme démarcheur de pierres précieuses. Depuis 2008, elle vit en concubinage avec un Guinéen. Elle a une fille issue d’un premier mariage et un garçon. Dans ses statements, la Malgache soutient que ses revenus n’étaient pas suffisants pour subvenir aux besoins de sa famille et qu’elle avait trouvé un moyen pour se sortir de ce pétrin. « On m’a présentée à une certaine Mimi car elle voulait m’aider à gagner de l’argent », indique-t-elle. « On m’a encouragée à faire le voyage tous frais payés en sus de l’argent de poche, à Maurice pour importer des trucs », ajoute-t-elle. Toutefois, concernant les « trucs », l’accusée indique qu’elle n’a pas voulu savoir ce que c’était, disant avoir accepté le voyage pour résoudre ses problèmes financiers. « Franchement, je ne savais pas que je transportais de la drogue, Mimi m’a dit que c’était de la poudre d’or que je transportais pour la remettre à une personne, dans un hôtel de l’île », soutient Amina Houssen. S’adressant à la cour dans le box des accusés, elle s’est excusée pour le tort commis, ajoutant qu’elle était vulnérable à cause de ses problèmes financiers et que désormais elle ne peut voir ses deux enfants, étant en détention à Maurice.
Dans son réquisitoire, Me Sharma Bandhu, l’homme de loi de la Malgache, a fait part à la cour que l’accusée a un casier judiciaire vierge, a coopéré avec la police tout en expliquant dans quelles circonstances elle s’est embarquée dans cette transaction illicite. Me Shakeel Bhoyroo, qui représente la poursuite, a quant à lui demandé à la cour de prendre en considération la quantité de drogue saisie et que selon d’autres affaires du même genre, la peine encourue est d’environ dix ans de prison. Le juge prononcera la sentence ultérieurement.