Farah Nachi, une ressortissante française, 21 ans, devra passer les 15 prochaines années en prison  pour avoir tenté de faire entrer illégalement à Maurice 9696 comprimés de Subutex d’une valeur marchande de Rs 12 millions.
L’accusée avait plaidé coupable en faisant ressortir qu’elle avait naïvement accepté de transporter dans l’île des produits interdits que ses commanditaires lui avait fait croire être des médicaments.
Les faits reprochés à la Française remontent au 9 décembre 2011. Farah Nachi, qui avait célébré ses 20 ans un mois auparavant, venait de descendre de l’avion Corsair et attendait ses bagages. Le scanner du service des douanes détecta la présence d’un colis louche dans sa valise. En l’interrogeant, les limiers de la section anti-drogues de l’aéroport trouvèrent curieux qu’elle, sans emploi, prétendait venir passer huit jours de vacances à Maurice. Une fouille permit de découvrir les comprimés.
La visiteuse confessa qu’”il y a environ un mois, une personne que je crois être de nationalité mauricienne m’a approchée pour me proposer un marché. Ce contact m’a demandé de transporter un colis pour lui à Maurice. En retour, mon billet d’avion était payé de même que mes frais d’hébergement pendant 8 jours à  Maurice. Comme je ne travaille pas, j’ai accepté.”
Les confessions de Farah Nachi avaient permis à l’Anti-Drug Smuggling Unit de retracer ses contacts-trafiquants locaux. Le juge Benjamin Marie-Joseph a observé dans son verdict que l’accusée croyait, effectivement, pouvoir visiter le pays rien qu’en venant y déposer des médicaments pour une personne. Donc, en d’autres mots, qu’elle s’est fait piéger. Mais le délit d’importation de drogue reste punissable, d’où la décision de la Cour de l’envoyer en prison pour 15 ans. Cette sentence est considérée clémente vu que la peine généralement infligée dans ce genre de cas peut aller jusqu’à 45 ans. De plus, les 542 jours de prison déjà purgés en détention préventive seront déduits. La défense de l’accusée avait plaidé pour une peine clémente de 12 ans, mais elle estime que Farah Nachi s’en est assez bien tirée.
Il est très probable que la condamnée regagnera assez vite son pays. L’heureuse coïncidence pour elle veut que le PM Navin Ramgoolam se rend justement en mission en France à partir de demain et il doit discuter du transfert de prisonniers français dans leur pays avec le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls.