Mathieu Blondeau, qui a plaidé coupable, a été condamné à 20 ans de prison pour avoir fait passer 9 884 comprimés de Subutex à Maurice, estimés à environ Rs 15 millions. Le Français avait déclaré qu’il n’était pas au courant du caractère illicite de ce produit à Maurice, alors que dans son pays, il est en vente dans les pharmacies. Sa copine, Katia Terminet, qui était avec lui lors de son arrestation, est rentrée en France en novembre, les charges provisoires contre elle ayant été abandonnées.
Le directeur des poursuites publiques a intenté un procès pour importation de Buprenorphine (Subutex) sous les articles 30 (1) (b) (i), 41 (3) (4), 47 (2) et 47 (5) (a) de la Dangerous Drugs Act à Mathieu Blondeau. Ce Français, cuisinier et jeune père de famille, a plaidé coupable devant le juge Benjamin Marie Joseph qui siégeait aux Assises. Il a retenu les services de Me Zakir Mohamed. Selon un amendement apporté à la Dangerous Drugs Act, quand le délit de drogue est estimé à plus de Rs 1 million, l’inculpé est considéré comme un trafiquant de drogue.
Mathieu Blondeau a été arrêté à sa descente d’avion en provenance d’Orly dans la région parisienne le 28 mars 2011. Il est arrivé à l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam en compagnie de Katia Terminet. En procédant à une fouille de ses bagages, le Customs Officer Sanjay Ramchurn y a trouvé un paquet. « Mathieu Blondeau m’a soutenu que le paquet contenait une surprise pour sa copine », a déclaré le témoin à charge appelé à la barre par Me Shakeel Bhoyroo (State Counsel), représentant le ministère public. À son arrestation par les éléments de la brigade antidrogue, Matthieu Blondeau n’avait que 19 ans.
Le sergent Lepois a 15 ans d’expérience dans le combat contre les délits de drogue. C’est lui qui a dirigé l’enquête policière. Interrogé dans les locaux de l’Anti-Drug and Smuggling Unit, le Français a soutenu que le paquet lui a été confié par l’un de ses amis, un certain Jérôme Bernabes. Il s’avère qu’il avait déjà fait un voyage à Maurice mais soutient que c’était pour les vacances seulement. Selon le sergent de police, le prévenu a partiellement coopéré avec la police et a participé à l’exercice de livraison surveillée. Il a estimé la valeur des 9 884 comprimés de Subutex à environ Rs 15 millions. Mathieu Blondeau aurait reçu 3 000 euros pour faire passer la drogue.
Cette pilule, considérée comme une drogue à Maurice, est un médicament vendu en pharmacie en France sous prescription médicale. Le prix se situe autour de 3 euros, alors qu’à Maurice, vendu au noir, il peut atteindre les Rs 1 200. Ce produit, dérivé de son utilisation originelle (par voie orale), est injecté par voie intraveineuse. Le produit est utilisé dans certains pays, dont la France, pour traiter la dépendance des toxicomanes. Utilisé sans supervision médicale, le Subutex devient toutefois une drogue dangereuse pouvant également contribuer à la propagation du Sida et de l’hépatite. Une mauvaise utilisation pourrait aussi causer des dommages irréversibles aux veines et obstruer des artères.
« Je veux présenter mes excuses à la Cour et au peuple mauricien. J’ai un petit garçon et une femme qui m’attendent dehors. J’ai fait une erreur mais je demande à la Cour de faire preuve de clémence. Je regrette, je ne savais pas que c’était de la drogue ici », a déclaré le jeune homme à la Cour. Le juge Benjamin Marie Joseph a toutefois soutenu que malgré plusieurs éléments soulevés pour atténuer la peine, notamment le fait qu’il ait plaidé coupable et son jeune âge (21 ans), une sentence de 20 ans de prison est méritée. Le législateur a prévu une peine de 60 ans pour ce délit. Il a passé 21 mois en détention préventive et la moitié sera déduite de sa sentence. Il devra également s’acquitter d’une amende de Rs 100 000.
Rappelons qu’aucune charge n’a été retenue contre Katia Terminet. La jeune Française a passé environ deux ans en détention préventive à Maurice et a pu regagner l’Hexagone en novembre. Mathieu Blondeau avait fait comprendre que son amie n’avait pas connaissance du paquet. D’autres Français sont en détention préventive pour avoir fait passer du Subutex sur le sol mauricien.