Raffick Goolfee, directeur de la Cattle Gold Farmers Cooperative Society, s’interroge sur la décision du ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun, de ne pas lui accorder un permis pour importer du bétail. « Nous sommes dans ce business depuis 2009 ; nous en avons importé une fois en 2011 et maintenant, nous voulons le faire à nouveau, mais le ministre, qui ne s’occupe pas de l’agriculture, nous a placés sur la liste de ceux qui ont bénéficié des terres de l’ancien gouvernement. De ce fait, nous n’obtenons pas le permis nécessaire pour importer du bétail », soutient-il.
Raffick Goolfee estime que Showkutally Soodhun s’est trompé de dossier. « Li pa finn get so dosie bien, li pe met nou dan mem pake ki Pandit Sungkur », affirme-t-il. Sa coopérative, dit-il, veut importer du bétail d’Afrique du Sud et le vendre à Rs 120 le kg sur pattes, « y compris les Charolais ».
Le directeur de la Cattle Gold Farmers Cooperative Society dit ne pas comprendre les propos du ministre qui, dit-il, a cité deux prix pour le bétail. « Une première fois, il a déclaré qu’il est tombé d’accord avec la firme Socovia pour que le bétail soit vendu à Rs 125 le kg et une deuxième fois, que le Charolais serait vendu à Rs 140 le kg. Ki li pe dir la ? »
Raffick Goolfee questionne notamment le système pratiqué : « Pourquoi est-ce seulement Socovia qui peut importer du bétail, et pas nous ? Quel accord y a-t-il entre le gouvernement et cette entreprise ? S’il y en a, il faut le rendre public ». Il se pose d’autres questions : « Le ministre est-il en train de favoriser un cartel ? Où en est-on avec l’appel d’offres lancé par la State Trading Corporation (STC) pour l’importation de 2 000 têtes de bétail d’Afrique du Sud, du Kenya et du Mozambique, pour être livrées durant la période du 10 au 15 août 2015 ? » Raffick Goolfee lance ainsi un appel au leader de l’opposition, Paul Bérenger, pour qu’il soulève cette question au Parlement.