photo illustration

Que tous les salariés touchant jusqu’à Rs 30 000 soient exemptés du paiement de l’impôt. Telle est en tout cas la proposition faite au ministère des Finances par Rashid Imrith, président de la Fédération des syndicats du service public (FSSP) dans le cadre de la préparation du prochain budget. Pour rappel, actuellement, ceux touchant jusqu’à Rs 50 000 paient une taxe de 10%, contre 15% pour ceux touchant au-delà.

Rashid Imrith est catégorique. Dans le contexte actuel, et en vue de la préparation du prochain budget par le ministère des Finances, les travailleurs percevant un maximum de Rs 30 000 « doivent être exemptés de l’impôt ». Pour le président de la FSSP, si elle est adoptée, cette proposition « encouragera la classe moyenne à travailler ». Par ailleurs, selon lui, ceux touchant de Rs 30 001 à Rs 50 000 devraient payer seulement 5% de taxes, contre 10% pour les travailleurs percevant de Rs 50 001 à Rs 75 000, 15% pour la tranche Rs 75 001-Rs 100 000 et 20% pour celle de Rs 100 001 à Rs 200 000. Quant aux salariés percevant plus, ils se verraient alors taxés à hauteur de 30%.

Le syndicaliste demande également que les femmes de ménage, les jardiniers, les maçons et ceux travaillant à leur propre compte se fassent enregistrer auprès de la MRA. « Leurs employeurs doivent obtenir une allocation dans leurs ‘Income tax returns’. En cas d’incapacité de se rendre au travail pour ceux qui sont enregistrés auprès de la MRA, ces derniers doivent aussi percevoir une allocation. Cela devrait s’appliquer non seulement au contexte du Covid-19, mais aussi dans le cadre d’autres calamités. Avec un tel système, il n’y aura pas lieu de faire un recensement pour connaître le nombre de travailleurs concernés. De même, les ‘tax payers’ qui emploient des femmes de ménage, des jardiniers et des maçons, sur une base permanente ou à temps partiel, devraient aussi obtenir une allocation », a-t-il dit.

Le président de la FSSP est également d’avis que les contribuables ayant à charge des personnes âgées ou de jeunes chômeurs devraient avoir une allocation de la MRA. Quant à ceux contribuant au Covid-19 Solidarity Fund, ils devraient, selon lui, obtenir « une déduction de 25% » sur sa fiche d’imposition. De même, les personnes qui contribuent au Funeral Scheme devraient bénéficier de frais déductibles.

Il ne faut pas non plus, selon lui, qu’il y ait une limite quant à la déduction au Medical Scheme. Toutes les dépenses médicales, poursuit le syndicaliste, doivent pouvoir être déduites au niveau de la déclaration d’impôt. Enfin, les banques commerciales doivent « recommencer à accorder des intérêts sur les comptes d’épargne des ONG et des syndicats », insiste-t-il.