Le Festival lyrique d’Opera Mauritius 2012 a démarré en force jeudi dernier avec en tête d’affiche La Traviata du compositeur italien Giuseppe Verdi. Après Les Pêcheurs de Perles et Carmen qui ont dominé les précédents, La Traviata avait été programmée pour le festival d’opéra de 2011 mais avait dû être annulée faute de moyens financiers dans le cadre de la crise économique. Cependant, grâce à la persévérance, Paul Olsen et son équipe ont réussi cette année à relever le défi, et ce, de fort belle manière, en offrant aux Mauriciens un spectacle de niveau international avec le concours de l’Orchestre de la Région Réunion sous la baguette de Martin Wettges.
La Traviata est une des oeuvres les plus populaires du répertoire lyrique que les amateurs d’opéra ont l’occasion de voir en ce moment à des prix abordables pour la majorité des Mauriciens puisque le billet le moins cher est à Rs 100.
Alors que beaucoup de concerts et de spectacles sont réservés à une certaine élite en raison du prix des places, il n’est pas exagéré de dire que Paul Olsen et son équipe sont à l’origine d’une véritable démocratisation de la culture à Maurice. Ils vont encore plus loin dans leurs démarches en assurant une vulgarisation de l’opéra à travers des conférences publiques. L’initiative consistant à introduire un système de surtitrage en français de la pièce, qui se déroule en italien est fort louable. Si les spectateurs connaisseurs ou néophytes ne peuvent que tirer leur chapeau après la prestation de l’orchestre et de toute l’équipe d’artistes sur scène, la traduction en français de la pièce sur grand écran apporte une valeur ajoutée au spectacle. Elle permet au spectateur de comprendre et ainsi de mieux vivre l’intensité dramatique de se qui se joue.
Toujours dans un souci de mieux faire connaître l’opéra, trois conférences publiques et une privée sont au programme durant ce festival avec le soutien de l’ambassade de France à Maurice et d’autres sponsors. Animées par le musicologue italien Alessandro Di Profio et le metteur en scène belge Gilbert Deflo, elles permettent au grand public d’avoir un éclairage non seulement sur l’opéra mais aussi sur le compositeur Giuseppe Verdi, lui-même. Vu sous cette perspective, le festival dépasse le simple divertissement. Il devient une opportunité pour ceux qui s’y intéressent de bénéficier d’un enrichissement culturel et artistique. Il permet de développer un amour pour le genre comme le témoigne sans nul doute la conférence tenue à l’Institut Français de Maurice (IFM) la semaine dernière, intitulée « De la dame aux Camélias à la Traviata ». À son exposé, Alessandro Di Profio devait nous donner à voir un extrait de l’opéra joué à Covent Garden avec un sous-titrage.
Alors que Maurice se prépare à devenir un Knowledge Hub et puisqu’il est entendu que la connaissance ne se limite pas à la maîtrise des sujets académiques et techniques, nous sommes convaincus que les étudiants des institutions tertiaires de l’île auraient beaucoup bénéficié en suivant ces conférences.
Opéra Maurice a aussi le mérite d’inciter l’émergence des talents mauriciens en leur offrant non seulement la possibilité de formation mais également l’occasion de manifester leurs talents sur scène. C’est le cas pour notre talentueuse Véronique Zuel Bungaroo qui interprète merveilleusement bien le rôle de Violetta aux côtés du Roumain Alexandu Badea dans le rôle d’Alfredo Germont. Ils ont tous les deux — comme toute l’équipe d’ailleurs — été chaudement applaudis par le public à la fin du spectacle d’ouverture vendredi soir.
Après le concert symbolique donné, samedi, par l’Orchestre de la Région Réunion dirigé par Martin Wettges et le concert à l’auditorium Zentrum à Réduit, hier soir, durant lequel les mélomanes ont pu apprécier un trio violon, violoncelle et piano, le public pourra voir La Traviata, ce soir, au MGI. Le pianiste Eben Wagenstroom donnera, lui, un concert demain, mercredi, à 19 h à l’auditorium Zentrum alors qu’un concert de jeunes talents mauriciens  est prévu le jeudi 20 septembre à partir de 18 h au MGI. L’entrée est gratuite.
Une conférence sur la mise en scène de Rigoletto de Verdi est aussi prévue mercredi à 20 h 30 au cinéma Star à Bagatelle. La Traviata sera de nouveau interprétée le jeudi 20 et le samedi 22 toujours au MGI à partir de 20 heures.