Le groupe Mauritius Stationery Manufacturers Ltd 2011 a enregistré des pertes nettes de Rs 163,5 millions pour l’exercice financier 2010-2011, soit presque trois fois plus que le niveau en 2009-2010 (Rs 56,8 millions). Ces pertes viennent s’ajouter à celles des quatre dernières années, amenant le groupe à un taux d’endettement supérieur à son chiffre d’affaires. Un plan de restructuration est toutefois mis en place et la direction du groupe est convaincue que les mesures qui seront prises graduellement produiront des effets positifs sur le court et moyen termes.
Un communiqué émis par la direction de Mauritius Stationery Manufacturers (MSM) Ltd 2011 sur l’évolution de l’état financier du groupe et les perspectives indique que le premier trimestre de la nouvelle année financière 2011 /  2012 est dans la continuité de l’exercice précédant. Le groupe a en effet enregistré pour cette période une perte  de l’ordre de Rs 30 millions. Son directeur Hervé Duranton, en poste depuis le mois de juillet 2011, souligne que « ces pertes sont dues à une combinaison de facteurs : une perte de compétitivité qui s’est traduite par des pertes de marchés tant au niveau local qu’au niveau international, un manque de productivité avec notamment une sous-utilisation des structures et capacités disponibles et une charge financière élevée liée à un endettement massif. »
La direction met en place un vaste chantier de restructuration afin de sauver MSM de la faillite. Ce plan comprend notamment un recentrage de l’activité sur les points forts du groupe, la rationalisation des opérations, la reprise des investissements. « À l’instar de toute société en quête de croissance, MSM a cherché à répondre à une demande la plus large possible. Le secteur de l’imprimerie est complexe et très concurrentiel. On ne peut exceller dans tout. Maximiser ne va pas de pair avec optimiser. Optimiser, c’est aujourd’hui notre priorité. Notre plan de restructuration a été conçu en ce sens. Nous devons gagner en efficacité et en efficience pour redevenir très compétitif », soutient Hervé Duranton.
Le plan de restructuration, qui prendra effet dans le courant de 2012, prévoit la centralisation de la production sur l’usine de Petit-Verger où sera créée une nouvelle imprimerie. Le siège social, actuellement à Bell- Village avec une des deux imprimeries, sera lui transféré à Camp Benoit. Il est aussi question de vente du bâtiment de Bell-Village. Dans le cadre du recentrage de ses activités, il est par ailleurs clairement envisagé que les opérations de MSM sur l’Afrique, notamment dans le secteur de l’édition, soient complètement redéfinies au vu des problèmes encourus telles la concurrence avec les produits contrefaits et les difficultés rencontrées par le réseau de distribution locale.
Le plan opérationnel a déjà convaincu les bailleurs de fonds, les banques et investisseurs qui ont injecté des capitaux frais et rééchelonné la dette de l’entreprise. « Nous sommes très reconnaissants envers notre actionnaire principal GML Investissements et nos banques, tout particulièrement la MCB, la SBM et la SIC. Nous allons saisir cette opportunité pour redonner à MSM une nouvelle dynamique et d’en faire de nouveau une entreprise rentable et compétitive à Maurice et sur le continent africain », ajoute le directeur.