Le Leader de l’Opposition, Alan Ganoo, et les journalistes ont essuyé hier les foudres du ministre des Collectivités locales lors de l’inauguration d’un parcours de santé à Bassin, Quatre Bornes. La violence des propos d’Hervé Aimée, émis en présence de la maire de Quatre Bornes, Rooma Meetoo, ont contrasté singulièrement avec le discours sombre de son collègue de la Santé, Lormus Bundhoo, qui a exhorté la population à faire de l’exercice et à choisir une alimentation saine pour prévenir les maladies non-transmissibles.
D’entrée en matière, le ministre Hervé Aimée devait donner le ton en disant qu’il n’allait pas parler de la santé, comme l’avait fait le précédant orateur, le ministre Lormus Bundhoo, mais de la responsabilité et des devoirs des membres de l’Assemblée nationale. Il a fait d’abord comprendre qu’il n’était pas d’accord avec cette proposition de Rama Sithanen de nommer des professionnels et autres technocrates non-élus aux postes de ministre.
C’est dans ce contexte, qu’Hervé Aimée s’en est ensuite pris, sans le nommer toutefois, au Leader de l’Opposition et député de la circonscription N° 14 de Savanne/Rivière-Noire, Alan Ganoo. « Ena inn fer sis manda dan 30 an, me li pa finn fer 10 % seki mo finn fer… », a-t-il lancé sans se référer nommément à Alan Ganoo. Il a alors cité des projets d’infrastructures réalisés sous sa députation dans les districts de Rivière-Noire/Savanne, allant même jusqu’à se qualifier de « caring depite ». « Mo dir li, al montre mwa 2 proze ki li finn fer… Li nek zis kritike ! », s’est-il écrié. « Be si nou (ndlr : le Ptr) pa bon, ki nou pa travay… kifer ou al asiz ar Dr Ramgoolam ? », s’est-il encore demandé.
Hervé Aimée a révélé qu’un sondage qu’il a effectué a démontré qu’il y a eu 77 incendies de maison dans sa circonscription en 30 ans. « Ponpie bizin sorti Rivière-des-Anguilles ou Quatre-Bornes… Ki fer pa finn fer nanyen tou sa letan-la ? », s’est-il interrogé. C’est dans ce contexte qu’il a annoncé l’inauguration prochaine d’une station de pompe à incendie moderne à Rivière-Noire. « Aster pou pran zis 12 minit pou ariv lor ninport ki insandi ! », s’est-il félicité. Autre projet qu’il a annoncé : la finalisation des négociations avec la propriété sucrière de Médine pour la construction d’une route moderne afin de désenclaver Flic-en-Flac. « Trant an to la, to pa trouve ki Flic-en-Flac se enn cul-de-sac ! », a-t-il ironisé. « Si lor 30 an, ou fer 20 an dan lopozisyon, normal ki ou perna solision… ou zis kritike mem », a-t-il conclu sur ce chapitre.
Sautant du coq à l’âne, le ministre a ensuite affirmé qu’il n’« avait pas peur de dire ce qu’il avait à dire ». Il s’en est alors pris aux journalistes.
« Ena bann zournalis vereu ! … Ou gagn bann zournalis zot mem mazistra, zot mem inzenier, zot mem mekanisien, zot mem anketer, zot mem ziz, zot mem avoka… Kouyon, fer to travay zournalis !!! », s’est-il écrié devant une assistance médusée par tant de hargne. Il a accusé les journalistes de faire du « trial by the press » et de « rakont zistwar ».
Se calmant par la suite, le ministre Aimée a rassuré la maire de Quatre-Bornes, de la collaboration de son ministère à la réalisation de projets municipaux.
Rooma Meetoo avait auparavant subtilement exprimé sa conviction que le ministère des Collectivités locales n’allait pas mettre les bâtons dans les roues de la municipalité de Quatre-Bornes, dirigée par une équipe du Remake 2000.
Auparavant, dans un discours rempli de verve et d’humour, le ministre de la Santé et de la Qualité de la vie, Lormus Bundhoo, a exhorté la population à faire du sport et à choisir une alimentation saine et équilibrée pour prévenir les maladies. « Ek mo espere ki zot pou servi sa parkour de sante ki nou pe met a zot dispozision ! », a-t-il conclu.