Le nouveau terminal de l’aéroport de Plaisance, qui sera pleinement opérationnel à partir du 14 septembre, a été inauguré hier par le Premier ministre. Ce bijou, dont la construction a nécessité des investissements globaux de l’ordre de Rs 14 milliards, est le plus gros projet jamais réalisé à Maurice… en attendant le métro léger. D’une superficie de 57 000 m2, ce terminal a un potentiel d’accueil de l’ordre de 4,5 millions de passagers annuellement. Il pourra également recevoir sur son tarmac des Airbus A380 à partir de décembre ainsi que des Boeing 787 Dreamliner dès le 5 mai de l’année prochaine.
Navin Ramgoolam est une des dernières personnalités à avoir quitté l’aéroport hier soir, après la cérémonie d’inauguration du nouveau terminal et le dévoilement d’une stèle réalisée par Nirmal Hurry. Très ému, le Premier ministre a dit avoir personnellement suivi les travaux de construction dans tous les détails. « J’avais créé une unité dans mon ministère et j’ai suivi quotidiennement les travaux dans les moindres détails. Je voulais voir la couleur du tapis, la qualité des marocains, la couleur de la peinture utilisée, etc. », a dit Navin Ramgoolam. Le projet original n’est toutefois pas celui qui a été inauguré hier, selon lui. « On m’avait montré deux projets, dont le croquis d’une construction tout en acier et on m’a expliqué qu’il serait très lourd et compliqué à réaliser. J’ai fait comprendre que c’est ce projet là que je voulais », a-t-il ajouté.
« Le nouveau terminal est à la mesure de l’île Maurice moderne. Ce nouvel emblème cadre avec la stratégie visant à faire de l’aéroport un hub pour la région », a expliqué Navin Ramgoolam dans son discours. Inspiré de l’arbre du voyageur, le nouveau terminal a été développé dans le respect des normes environnementales et a nécessité trois années de travaux. Sa réalisation est le fruit d’une interaction triangulaire entre la France, la Chine et Maurice. Le développement, la conception, la construction et l’exploitation du nouveau terminal de passagers ont été possibles avec la création d’une nouvelle compagnie, à savoir l’Airport Terminal Operations Ltd (ATOL), fruit d’un partenariat entre l’État mauricien, par le biais d’AML, et les aéroports de Paris management, alors que la construction, elle, a été assurée par une compagnie chinoise.
Serge Petit, chief executive officier d’AML, se réjouit pour sa part de cet événement et de l’aboutissement de ce projet majeur pour Maurice. « Grâce à un investissement global de plus de Rs 14 milliards de roupies dans la construction du nouveau terminal, qui offre le double de la capacité actuelle, le réasphaltage et l’élargissement de la piste d’atterrissage ainsi que la construction d’une piste d’urgence et un taxiway parallèle, l’aéroport peut désormais accueillir de gros porteurs. Cela permet de propulser Maurice au rang des meilleurs aéroports africains et, dans la catégorie mondiale, de ceux traitant entre 2 et 5 millions de passagers », explique-t-il
Pour le Chief executive officier d’Atol, Bruno Mazurkiewicz, avec ce nouveau terminal, « Maurice se positionne comme une plateforme de transit » Il poursuit : « Il est plus que jamais nécessaire d’anticiper les besoins des passagers et des compagnies aériennes. Cela passe par l’amélioration de la qualité des services. En s’appuyant sur le savoir-faire du groupe Aéroport de Paris, Atol poursuivra sa stratégie de développement de sa capacité d’accueil et d’amélioration de la qualité des services auprès de l’ensemble des compagnies aériennes, des partenaires, des passagers et du public. »
Ce nouveau terminal dispose de cinq passerelles au contact, qui s’ajoutent aux trois postes existants, ainsi que de sept passerelles télescopiques permettant la manutention simultanée de six gros porteurs. Par ailleurs, le nouveau parking possède plus de 600 places au total et le viaduc d’accès au terminal est composé de deux voies séparées, favorisant le flux entre le dépôt des passagers en voiture et ceux en bus. La préparation des nouvelles installations a permis d’impliquer l’ensemble des partenaires de l’aéroport, pour planifier les tests opérationnels et la formation du personnel pour le transfert de 17 compagnies aériennes desservant plus de 35 destinations à travers le monde.
La partie protocolaire a été suivie d’un spectacle donné par la société Move for Art, avec la participation de 50 artistes.